Skip to main content
deroulement-ceremonie-funeraire-laique.jpg

Le déroulement d’une cérémonie funéraire laïque

Le rite religieux occupe une place importante dans la majorité des obsèques. L’on constate malgré tout une volonté de plus en plus tenace des familles et des défunts à se défaire de cette tradition et de privilégier la cérémonie laïque. Quelles sont les étapes marquantes de telles funérailles ?


L’enterrement laïque progresse

En 2013, environ 70 % des obsèques en France incluaient au moins une pratique religieuse. Cela dénote un certain attachement des familles et des défunts aux valeurs traditionnelles, même s’ils reconnaissent volontiers avoir pris des distances avec la foi. Derrière ce chiffre se cache néanmoins une réalité indiscutable : la part des funérailles religieuses en France continue de diminuer. Entre 2008 et 2013, la part des obsèques cultuelles a baissé de 5 %

A l’inverse, de plus en plus de personnes souhaitent supprimer l’aspect religieux de la cérémonie funéraire d’un proche… ou même de leurs propres obsèques. Leur choix conduit à une lente, mais puissante montée des obsèques laïques. Ce type de cérémonie diffère d’un enterrement religieux sur un point crucial : la famille jouit d’une très grande liberté dans l’organisation du service funéraire.

L’organisation est moins contraignante

En effet, les contraintes à prendre en compte sont moins nombreuses. Exit la liturgie, la lecture de textes bibliques (ou du Coran ou de la Torah) et autres rites religieux. La plus grande partie du programme s’articule autour des derniers hommages rendus au défunt. La cérémonie pourrait se dérouler selon les volontés du mort, si ce dernier a donné des consignes claires dans son testament ou dans un contrat obsèques. Le cas échéant, l’organisation de l’événement revient à la famille et aux proches du défunt. Certains intervenants et services sont indissociables d’une telle cérémonie.

Il y a un maître de cérémonie

Un enterrement civil ne requiert pas la présence d’un pasteur, ni d’un prêtre ou d’un imam. La cérémonie nécessite par contre l’intervention d’un maître de cérémonie. Il est chargé de diriger l’événement et d’introduire les différents intervenants et programmes des funérailles.

Le maître de cérémonie peut être une personne proche du défunt ou de sa famille. Dans la plupart des cas, les agences funéraires fournissent un maître de cérémonie habitué à assumer un rôle aussi important.

Comment se déroule la cérémonie ?

Aucun programme type de cérémonie funéraire laïque n’existe. La famille est libre de planifier les différentes étapes des obsèques, du moment qu’elles respectent les souhaits du défunt. Plusieurs programmes et rituels non religieux peuvent avoir lieu durant la cérémonie. Voici une liste non exhaustive des programmes possibles d’un enterrement laïque :

  • l’accueil des proches : c’est le moment où la famille du défunt reçoit les condoléances des connaissances, des amis, collègues et autres personnes qui se sont déplacées pour la cérémonie
  • l’évocation du défunt par le maître de cérémonie
  • l’hommage au défunt : cette étape revient généralement à un représentant de la famille ou un ami proche du défunt
  • lecture de poèmes ou de textes par une ou plusieurs personnes de l’assistance
  • diffusion d’une musique, d’une vidéo ou d’un autre média très apprécié du défunt
  • le recueillement
  • déposition de fleurs ou d’objets représentatifs la mémoire du mort

La cérémonie précède l’enterrement ou l’inhumation

La cérémonie précède logiquement l’enterrement ou l’inhumation. Elle a souvent lieu dans une chambre funéraire ou dans l’espace réservé aux services funéraires d’un crématorium. Une cérémonie civile peut aussi avoir lieu directement au cimetière. De telles funérailles surviennent rarement un dimanche. La quasi-totalité des pompes funèbres et des cimetières ferme en effet le dimanche. Et puis, à quoi bon organiser un enterrement laïc si c’est pour le faire pendant le « jour du Seigneur » ?

A lire aussi dans la rubrique Organisation des obsèques :

 Image : Shutterstock