Skip to main content
obseques-pratiques-communaute-protestante-.jpg

Obsèques : quelles pratiques pour la communauté protestante ?

Chaque religion a sa manière de concevoir les rituels funéraires. Un enterrement catholique se déroulera ainsi autrement qu’une inhumation selon les traditions protestantes. En quoi les funérailles protestantes sont-elles différentes ?


Une cérémonie adressée aux vivants

Le protestantisme pratique des rituels funéraires très différents de ceux en vigueur chez les catholiques ou les Juifs, par exemple. A noter toutefois que même au sein des nombreuses confessions protestantes, de nombreuses variations de cérémonie funéraire subsistent. C’est notamment le cas au sein des trois grandes branches du protestantisme, à savoir l’évangélisme, le calvinisme et le luthéranisme. 

Le principe de la cérémonie funéraire protestante reste néanmoins le même pour toutes ces branches. Au départ, les pasteurs se refusaient de célébrer un office funéraire pour éviter les pratiques superstitieuses chez les croyants. Les demandes de plus en plus pressantes des familles de défunts poussent néanmoins l’Église protestante à se doter de ses propres traditions concrètes.

Le service funéraire protestant ne s’adresse pas au mort. La cérémonie se concentre avant tout sur les vivants, notamment les proches et la famille du défunt. L’office peut être ainsi célébré en l’absence de la dépouille mortelle, avant ou après l’inhumation ou la crémation.

La cérémonie comporte néanmoins des parties qui rendent hommage au défunt. Le discours du pasteur s’attarde notamment sur l’importance de l’oeuvre du défunt sur son entourage ainsi que sa vie dans sa globalité. Les rituels visent essentiellement à soulager la douleur et la tristesse des amis et proches endeuillés, et non à souligner le passage du défunt vers l’au-delà.

Déroulement d’un office funéraire protestant

Une cérémonie funéraire protestante dure entre 30 minutes et une heure, selon les choix spécifiques de la famille endeuillée.

  • Elle commence avec l’arrivée de la famille et des proches du défunt au temple : c’est le traditionnel rituel de l’accueil.
  • Le temps de la mémoire vient après l’accueil de la famille : les membres de l’assistance sont libres de prendre la parole – non sans recevoir l’accord du maître de cérémonie. Cette partie est consacrée aux histoires retraçant les moments marquants de la vie du défunt. Les anecdotes et les histoires contées par les intervenants s’adressent à l’assistance, et non au défunt.
  • Le temps des louanges : le pasteur récite quelques prières de remerciement à Dieu pour la vie du défunt, et pour le réconfort des survivants
  • Le temps du réconfort et de la lecture biblique : cette partie inclut la lecture d’un texte biblique en relation avec la vie du défunt ou à ses croyances. Le pasteur intervient à nouveau pour faire revivre la mémoire du défunt
  • Chants religieux si la famille le souhaite
  • Bénédiction des vivants : La cérémonie se conclut par la bénédiction de l’assistance, ainsi que des proches et de la famille du défunt.

Une cérémonie hyperpersonnalisable

La cérémonie religieuse des obsèques protestantes se déroule de fait sous le signe de la simplicité, mais pas que. La famille jouit aussi d’une grande liberté dans l’organisation du déroulement des rituels. 

Elle peut notamment choisir les modalités des funérailles, la durée de la cérémonie au temple ainsi que la présence ou l’absence de fleurs.

Contrairement à l’Église catholique, qui préfère la mise en terre, tout en tolérant l’incinération, le protestantisme accepte les deux méthodes. D’ailleurs, le pasteur est présent aux côtés de la famille, si elle se rend au crématorium.

Comment le protestantisme voit-il le don d’organes

Le dogme protestant n’interdit pas le don de corps à la science et le don d’organes. Ces deux choix sont considérés comme un élan de générosité, un acte ultime du croyant envers les vivants.

 

A lire aussi dans la rubrique Organisation des obsèques :

 Image : Shutterstock