Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Courrier de l'Ouest
Drome Hebdo
L'Echo du Berry
L'Essor Savoyard
L'Impartial
L'Indépendant de l'Yonne
L'Informateur
L'Union du Cantal
La Dépêche d'Auvergne
La Marseillaise
La Presse de la Manche
Le Courrier Picard
Le Journal de Gien
Le Phare Dunkerquois
Les Annonces des Hautes Vosges

Nous avons une certitude : la Mort a de l’avenir ou l’avenir de la mort


L’art de mourir 

Peur de mourir et peur de vivre sont les deux faces d’une même réalité. 
Le déni du décès est hautement pathogène. Longtemps destiné à tracer une frontière symbolique entre les morts et les vivants, la ritualisation du deuil a cédé la place dans les sociétés industrielles à un nouveau rapport au décès.
Elisabeth Kübler-Ross, pionnière du « grand passage » fait partie des femmes qui ont paradoxalement sauvé l’Occident en réapprenant l’art le plus humain mais aussi le plus mystérieux : l’accompagnement des mourants. Le développement des soins palliatifs, de la thanatopraxie, de la crémation et des testaments obsèques attestent de ces changements. Mais les évolutions les plus profondes sont à venir.
L'accroissement de l'espérance de vie et l’explosion démographique produisent un report des décès. 

La Jeunesse éternelle 

La recherche sur l'immortalité captive les scientifiques depuis des siècles.
La moisson des chercheurs en sciences fondamentales aura été particulièrement fructueuse au cours de l’année passée. Par exemple, le polype d'eau douce appelé « hydre », il est pratiquement immortel et ne présente aucun signe de vieillissement. Les méthodes scientifiques pouvant mener à l'immortalité peuvent être également 
« électro-mécanique » : La réparation des cellules grâce à la nanotechnologie, les greffes de pièces cybernétiques ou encore la connexion cerveau-ordinateur…
Parce qu'il existe différents moyens de conserver un corps et un esprit humain en bon état longtemps après son décès, l’éventualité n’est pas si saugrenue…mais que feront les hommes de ces découvertes ? la révolution est prévue dans les 20 prochaines années.


Hommage numérique après la mort 

Il y a encore peu de temps, seules les rubriques nécrologiques des quotidiens régionaux que l’on nomme PQR permettaient de communiquer publiquement sur le décès d’un proche ou de rendre un hommage à l’occasion d’une messe anniversaire. La rubrique est encore souvent la plus lue dans la presse quotidienne régionale.
Certain sites proposent des "services" supplémentaires aux utilisateurs : possibilité aux proches de laisser un message en hommage au défunt, conseils pratiques en cas de décès d'un proche, recherche par secteur géographique d'un avis de décès déjà paru... 
Le service en ligne est très complet puisque l'internaute peut passer son avis de décès sur le site mais aussi dans sa version papier et cela au meilleur prix.