Carnet

Alençon : le beau-père nie les violences sur le bébé décédé, présentant une double fracture du crâne

07-03-2016

Comparaissant libre devant la Cour d'Assises de l'Orne, un Alençonnais âgé de 30 ans nie les violences sur mineur de moins de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Les événements de la nuit du 4 au 5 septembre 2007 restent encore flous

Le trentenaire comparait libre devant la Cour d'Assises de l'Orne dans son jugement pour violence sur mineur de moins de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le président de la Cour d’Assises pose des questions sur différentes formes à l’accusé pour tenter de savoir ce qui s’est réellement passé cette nuit-là, en instant que le bébé Léonie allait bien au soir du 4 septembre avant de tomber dans le coma le jour suivant et décède dans l’après-midi.  

La petite fille non reconnue par son père biologique est la fille de la compagne de l’accusé. L’autopsie a révélé qu’elle présentait une double fracture du crâne si dans les premières constatations, l’hypothèse d’une mort subite du nourrisson a été privilégiée lorsque le bébé a été emmené d’urgence à l’hôpital avec les lèvres bleues. L’accusé, considéré comme étant immature et impulsif par des experts psychiatre et psychologue, clame son innocence en ouverture de procès dans la matinée de lundi. Le verdict est attendu pour le mardi 8 mars 2016.