Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
L'Echo de Brou
L'Observateur du Douaisis
L'Union/Marne
La Semaine
La Tribune de Montélimar
Le Confolentais
Le Limouxin
Le Pays
Le Paysan Lorrain
Le Républicain Sud-Gironde
Le Sisteron Journal
Le Télégramme
Les Annonces des Hautes Vosges
Les Informations Dieppoises
Les Infos

Libye : l'Etat islamique revendique le meurtre de chrétiens égyptiens

16-02-2015

L’EI (État islamique) a fait une diffusion vidéo dimanche 15 février, « Un message signé avec le sang à la nation de la Croix », montrant la décapitation d’au moins dix hommes, qu’il présente comme des Coptes, Égyptiens de confession chrétienne kidnappés récemment en Lybie.

Un deuil national est décrété en Égypte après cette tragédie…

Le groupe s’adresse par le bandeau en incrustation au « Peuple de la Croix fidèle à l'Église égyptienne ennemie ». Les hommes sur les images qui paraissent être une vingtaine sont en tenue orange de Guantanamo, semblables à celles d’autres otages assassinés dernièrement en Syrie par l’État islamique. Les mains menottées dans le dos, au moins dix otages, alignés sur une plage ont été décapités. Les djihadistes certifient que la vidéo a été tournée sur une plage de Tripolitaine.

Masquées et habillées en noir, les victimes sont accompagnées par leurs exécuteurs avant leur mise à mort. L’un des bourreaux accoutré d’un treillis beige, a délivré le message en anglais : « Aujourd'hui, nous sommes au sud de Rome, sur la terre islamique de Libye, nous envoyons un message aux croisés. Cette mer dans laquelle vous avez jeté le corps du cheikh Oussama Ben Laden, nous jurons de la remplir avec votre sang. »

Tout voyage vers Lybie a été interdit par le ministère des affaires étrangères égyptien. Un deuil national de sept jours a été décrété par Le Caire. Le Conseil national de la défense réunissant les plus hauts gradés de l’armée, les ministres de l’Intérieur et de la Défense, et le premier ministre a été convoqué d’urgence par le président Abdel Fattah Al-Sissi, qui affirme à la télévision publique que l’Égypte « se réserve le droit de répliquer de la manière et au moment adéquat » à ce drame.

Journal: Le Monde