Carnet

Nigeria: Boko Haram refuse de s'avouer vaincu, nouvelles violences à Maiduguri

03-06-2015

Des hommes qui se revendiquent de « l'État islamique en Afrique de l'Ouest », nouvelle appellation du groupe Boko Haram qui a combattu la coalition internationale, démentent avoir subi des défaites, alors qu’un attentat-suicide à Maiduguri a fait 13 morts.

Depuis l'investiture de M. Buhari vendredi, la capitale de l'État de Borno, Maiduguri, a été la cible de nombreuses attaques

Muhammadu Buhari, le nouveau président du Nigeria, qui a rencontré les chefs des forces de sécurité dans la journée à Abuja, a promis que la lutte contre Boko Haram est désormais sa priorité. Après son investiture vendredi, l'ancien général avait annoncé sa décision de déplacer le centre de commandement des opérations militaires contre les insurgés d'Abuja à Maiduguri.

Le chef de Boko Haram Abubakar Shekau qui n’apparait pas dans la vidéo de 10 minutes diffusée sur YouTube, et remplacée par un homme au visage recouvert d'un chèche, pointe de doit le Cameroun, le Nigeria, le Niger et le Tchad.

Pour mettre le point sur la lutte contre Boko Haram, le président Buhari doit se rendre au Tchad et au Niger mercredi. L'insurrection de Boko Haram ayant fait depuis 2009, plus de 1,5 million de déplacés et 15.000 tués.

La plupart des vidéos publiées depuis trois ans par le groupe font apparaitre le chef de Boko Haram, et son absence dans celle-ci risque de relancer le débat sur son décès possible.

Depuis l'investiture de M. Buhari vendredi, la capitale de l'État de Borno, Maiduguri, a été la cible de nombreuses attaques, notamment deux attentats-suicides.

Mardi vers 13 h (12 h GMT), un kamikaze s'est fait sauter dans un marché aux bestiaux de la ville, blessant 24 personnes et tuant treize autres, a annoncé Umar Sadiq, le porte-parole de la Croix rouge nigériane.

« Nous essayons de séparer les restes humains des carcasses de bétail éparpillées partout (...) Le kamikaze a choisi l'endroit le plus fréquenté du marché pour déclencher ses explosifs », a indiqué un milicien chargé de combattre les islamistes, à l'AFP Shettima Bulama.

Toujours samedi, un autre kamikaze qui s'était également fait exploser dans une mosquée a tué 26 fidèles et blessé 28 autres.

Journal: Le Parisien