Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Hebdo de l'Ardèche
La Semaine
La Voix de l'Ain
Le Bonhomme Picard
Le Courrier d'Aix
Le Courrier Vendéen
Le Havre Presse
Le Journal de la Cotière
Le Journal du Pays Yonnais
Le Limouxin
Le Phare de Ré
Le Quotidien de la Réunion
Le Républicain Sud-Gironde
Les Annonces des Hautes Vosges
Renouveau

Au Niger, des funérailles bombardées par erreur

20-02-2015

Mercredi en fin d’après-midi, des avions du Nigéria, reconnus par les couleurs du pays d’après des témoins, lors d’une sortie d’une cérémonie funéraire entre Bosso et Diffa, dans le village d’Abadam, sont passés en rase-mottes et bombarde ceux qu’il aurait pris pour des membres de Boko Haram en réunion.

Une enquête est ouverte afin de déterminer le responsable de cette tragédie…

Il s’agit certainement « d’une bavure » de l’armée de l’air Nigériane qui aurait confondu Abadam au Nigéria et Abadam du côté Niger, deux villages du même nom, séparés par la rivière Komadougou Yobé et qui ne sera plus qu’un petit ruisseau de couleur étain dans quelques semaines, selon l’information réunie par Libération.

Bavure qui montre l’« incompétence de l’armée nigériane » selon une source sécuritaire contactée à Niamey. Les autorités annoncent que la frappe qui s’est produite dans une situation de conflit entre les deux voisins a fait état d’une vingtaine de blessés et 36 morts.

Depuis la première offensive, sur la zone de Diffa-Bosso, le 6 février, une seule bombe larguée par un pays au Niger a causé plus de victimes que toutes les assaillent de Boko Haram.

Le pouvoir nigérien a décrété « trois jours de deuil national » et a annoncé l’ouverture d’une enquête qui devrait permettre d’« identifier le ou les aéronefs auteurs de cette tragédie ».

Journal: Libération