Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Centre Presse Vienne
L'Essor
L'Essor Bigourdan
L'Indicateur des Flandres
L'Orne Combattante
La Renaissance Lochoise
La Vie Quercynoise
Le Courrier du Pays de Retz
Le Démocrate de l'Aisne
Le Pays d'Auge
Le Phare Dunkerquois
Le Télégramme
Les Infos
Var Matin
Vosges Matin

Drame conjugal à Périgueux : la thèse d'un meurtre suivi d'un suicide se renforce

30-09-2015

Après la découverte lundi soir des corps sans vie d’un couple bien connu à Périgueux, la piste du crime passionnel a été privilégiée par les enquêteurs.

Il a tué sa compagne avant de se donner la mort…

C’est au cœur de la nuit que les spécialistes de l’identité judiciaire ont quitté l’appartement. Les enquêteurs ont multiplié les perquisitions et les auditions toute la journée de mardi.

Jean-François Mailhes, le procureur de la République a annoncé mardi que les éléments recueillis se tendent vers la thèse du crime passionnel suivi du suicide. Le soir même, le magistrat s’est rendu personnellement au 4e étage du numéro 6 de l’allée d’Aquitaine.

Avant de tuer sa compagne Myriam Vergnier, âgée de 43 ans, en lui assénant des coups, tout porte à croire que Frédéric Beauvieux, le locataire et âgé de 45 ans lui a donné plusieurs coups de couteau au thorax. Manifestement, il a rédigé une lettre que les policiers ont trouvée sur place, et a posé contre sa poitrine, au niveau du cœur, le canon d’un fusil à pompe avant de se donner la mort.

Journal: Sud-Ouest