Carnet

Histoire de la presse

De nombreux facteurs sont à l'origine de l'évolution de la presse, qui ont permis au journal de prendre forme et d’évoluer tel qu'il existe aujourd’hui. D’abord l’invention de la presse par Johannes Gutenberg en 1438, puis la naissance de la publication périodique et mensuelle au début du XVIIème siècle, l’industrialisation de la presse, puis la naissance du métier de journaliste.

Relation fut le premier périodique imprimé au monde, avec seulement quatre pages, il fut lancé à Strasbourg en 1605 par Jean Carolus. Alors que La Gazette est considérée comme le premier et plus ancien des journaux publiés en France, créé en 1631 par Théophraste Renaudot, médecin de Louis XIII. En 1777 est créé le premier quotidien français, intitulé Le journal de Paris.L’industrialisation de la presse écrite, et l’invention de la presse rotative en 1860, dé eloppa le tirage à grand échelle. 
 
Les plus anciens journaux français encore en activité sont le  Le Figaro (1826), La Dépêche du Midi (1870), La Croix (1880), Le Chasseur français (1885), Les Échos (1904)…
Il existe plusieurs façon de classifier les journaux, soit par périodicité de parution (quotidiens, mensuels…), par nature (information, divertissement…), ou par zone de diffusion (locale, internationale…). Plus de 30 000 points de vente de proximité ou abonnement assurent une diffusion auprès de 21 millions de français qui lisent au moins un quotidien national par jour (2011).

Historique des avis de décès dans la presse écrite

Il est vite apparu à travers l’histoire des rites funéraires, la nécessité d’informer le décès d’un proche. Au Moyen Age, les Clocheteur de mort firent leurs apparitions, avec la mission de parcourir les rues en secouant des clochettes, et crier le nom du défunt ainsi que le jour des obsèques.

 

Avec l’apparition de l’imprimerie de Johannes Gutenberg en 1438, annoncer un décès et des funérailles est déjà plus facile pour les familles urbaines, les affiches sont alors placardées sur les murs de la ville ou les portes des églises.

 

Au XVIIIème siècle, les classes aisées se servaient de petits billets distribués par porteurs, pour prévenir un décès. Au XIXème siècle, connu aussi pour être l’âge d’or de la presse écrite, de son industrialisation ainsi que son développement, les grands hebdomadaires régionaux firent leurs apparitions entre 1800 et 1850,  ce qui donne de nouvelles possibilités pour les avis de décès, qui étaient affichés sur les vitrines des pompes funèbres ou dans les rubriques du journal local. En 1850 les classes populaires s’approprièrent les faire parts de décès et se généralisent, et au XXème siècle, les avis de décès firent leurs parutions dans des journaux illustrés, et une rubrique nécrologique va naitre. A présent, des sites internet spécialisés dans les avis de décès offrent leurs services dans ce sens.

Journaux