Carnet

Publication d’un avis dans un journal local ou national

« Dans le Paris médiéval, les enterrements sont annoncés par le cri de Paris. À partir du XVIIe siècle, des semonneurs sont chargés de distribuer les billets d’enterrement, « feuilles de papier imprimé annonçant la mort d’une personne et invitant ses proches aux funérailles », et dès 1745, les Affiches de Paris commencent à publier une liste des enterrements. La transmission des décès se fera dès lors par diffusion de l’information dans la presse. Voir source.

Aujourd’hui, la presse quotidienne régionale est le canal de diffusion le plus fréquemment utilisé pour la publication d’un décès. Tribune privilégiée des annonces de funérailles de personnes ayant joué un rôle national sur le plan politique, scientifique ou culturel, les Carnets du Monde et du Figaro sont renommés et plébiscités à cet égard. Cependant, et de manière croissante, la publication en ligne prend des parts de marché avec d’un côté des acteurs indépendants, et de l’autre, des sites regroupant des titres de presse.

Le prix élevé des avis de décès s’explique par la forte demande de lecteurs dont la motivation première est de prendre connaissance des annonces mortuaires, et de fait, le prix moyen constaté pour un avis publié dans un titre national est de 610€, tandis qu’il est de 172€ dans la presse quotidienne régionale. Sur 581 770 décès en 2015 (source INSEE), environ 300 000 avis ont été publiés.

Source : « La fonction sociale de la rubrique nécrologique. L’annonce de décès à travers la presse des XVIIIe XIXe siècles », Arina Makarova

Liste de tous les journaux disponibles