Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7J / 7, de 9h à 18h (appel local non surtaxé)

550 journaux et éditions
Commandes 24H sur 24, 7 jours sur 7

Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Publiez un avis dans la presse

Registre des décès en France depuis 1970.
Plus de 26 millions de résultats (Insee)

En consultation gratuite

Recherchez un avis de deces

Nécrologie : André SCHWARZ-BART

Nécrologie : André SCHWARZ-BART 23 mai 1928 - 30 septembre 2006
01/10/2015

L’écrivain français d’origine juive polonaise tire sa révérence finale

André SCHWARZ-BART meurt le 30 septembre 2006 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Né à Metz le 23 mai 1928 sous le nom d’Abraham SZWARCBART, il est issu d’un milieu modeste et a comme langue maternelle le yiddish. Il passe son enfance dans le quartier du Pontiffroy à Metz, où l’on ne parle à l’époque que le yiddish. La Seconde Guerre mondiale interrompt précocement ses études. En 1941, la famille trouve refuge à Oléron puis à Angoulême. Il s’engage dans la résistance. À la fin de la guerre, sa bourse de résistant lui permet d’entreprendre des études à la Sorbonne. À l’université, il publie ses premiers écrits en 1953 dans la revue des étudiants juifs, « Kadimah ». Il est le père de Jacques SCHWARZ-BART, saxophoniste de jazz.

Incinération de André Schwarz-Bart

À sa demande, il est incinéré et ses cendres sont dispersées.
La Dépêche annonce son décès en publiant l’article « Décès d'André SCHWARZ-BART ». Il y est rapporté que « D'origine juive polonaise, né en 1928 à Metz, Résistant et fils de déporté, l'écrivain André SCHWARZ-BART, Prix Goncourt 1959 pour «Le dernier des Justes», est décédé samedi à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) des suites d'une intervention chirurgicale ».
Pour sa part, Le Figaro fait part de son décès via l’article intitulé « Mort de l'écrivain André Schwarz-Bart ». Il y est annoncé que « « ERNIE, mort six millions de fois, est encore vivant, quelque part, je ne sais où... » Ernie LÉVY, Le Dernier des Justes, titre du roman d'André SCHWARZ-BART qui obtint le prix Goncourt en 1959, entrait dans la légende du siècle de la Shoah.

Figure emblématique de cette œuvre magnifique et douloureuse, il marquera à vie la destinée de son auteur entré en littérature pour raconter l'épopée du peuple juif et sa tragédie. André SCHWARZ-BART vient de disparaître à l'âge de 78 ans, des suites d'une intervention chirurgicale ». Par ailleurs, l’article souligne que « Dépassé par l'événement phénoménal, il se retirera discrètement d'une gloire que seule son livre-phare qui lui avait demandé onze ans de travail éclairera encore longtemps ».

Prix Goncourt 1959 pour Le dernier des Justes

Dans son article « André SCHWARZ-BART, écrivain de la Shoah, est mort », Le Monde annonce que « L'écrivain André SCHWARZ-BART, prix Goncourt 1959 pour Le dernier des Justes, est décédé à l'âge de 78 ans, samedi 30 septembre, à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), des suites d'une intervention chirurgicale. D'origine juive polonaise, il était né le 23 mai 1928 à Metz, dans une famille pauvre arrivée en France quatre ans plus tôt. « Ma langue maternelle est le yiddish. J'ai appris le français dans la rue et à l'école communale », déclarait-il au lendemain de la remise de son prix ».

Ajouter un message