Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7 jours / 7, de 9h00 à 18h00 (non surtaxé)

Avis de décès, Remerciements, Messe-Anniversaire, Condoléances
  • 925 journaux partenaires
  • 24H sur 24, 7 jours sur 7
  • Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Funérailles : Ettore Scola

Funérailles : Ettore Scola 10 mai 1931 - 19 janvier 2016
20/01/2016

L'un des derniers grands maîtres du cinéma italien.

Le scénariste et réalisateur italien Ettore Scola, rendu célèbre pour ses films des années 1960 à la fin du XXe siècle, s’est éteint à l’âge de 84 ans au service de chirurgie cardiaque de la Policlinico de Rome, d'après Le Figaro. C’est en 1964 qu’il réalise Parlons femmes, son premier long métrage. La triste nouvelle a été annoncée par le média italien Ansa le jour de son décès.

Né à Trevico (Avellino) le 10 mai 1931, Ettore s'installe à Rome avec sa famille alors qu'il est enfant. Déjà à l'âge de quinze ans, sa passion pour le dessin, qui débute à l'âge de cinq ans, le conduit à la rédaction du magazine humoristique Marc'Aurelio où un jeune artiste de dix ans son aîné, Federico Fellini a collaboré, comme dans divers journaux humoristiques, de 1947 à 1952. Une dizaine d’années plus tard, il enchaîne avec des films, dont Drame de la jalousie, un tragi-comique qui le fait connaître au grand public. Le Maestro connaît progressivement un succès international avec le film :


Nous nous sommes tant aimés (1974). 

Scola était la gauche. Il était communiste et italien et cette année-là, Mitterrand et la gauche unie sont à deux pas du pouvoir en France mais la vérité est dans ce film italien, le plus beau de Scola, qu’on ne peut pas revoir sans pleurer.

⦁ Le gagnant du prix de la mise en scène pour "Affreux, sales et méchants" (Brutti, sporchi e cattivi) au Festival de Cannes en 1976 a signé près d’une quarantaine de films en 40 ans de carrière prolifique.
⦁ Après avoir pris sa retraite en 2011 au moment où il devait tourner un film avec Gérard Depardieu, il rend un dernier hommage au grand Federico Fellini, par le biais du documentaire "Comme c'est étrange de s'appeler Federico", trois ans plus tard.

"Je ne réussis plus à vivre le monde du cinéma comme autrefois, avec joie et légèreté. Il y a des logiques de production et de distribution qui ne me ressemblent plus", expliquait-il en 2011.

Les hommages affluent

Dario Franceschini, ministre italien de la Culture, a rendu hommage à Ettore Scola en le considérant comme étant un homme extraordinaire qui est resté jeune jusqu'à son dernier souffle. L'actrice Stefania Sandrelli, a également exprimé son immense tristesse quant à la disparition du grand maître Ettore Scola, récompensé aux Césars à de nombreuses occasions.

Une journée particulière, le dernier géant de la comédie à l'italienne s'est éteint, ses chroniques socio-historiques, drôles, tristes et tendres dépeignaient à la perfection l'Italie de l'après-guerre. Ettore Scola était marié à la scénariste et réalisatrice Gigliola Scola. Avec ses deux filles Paola et Silvia, il a présenté en novembre au Festival de Rome le documentaire qui racontait sa vie et sa carrière, « Rire et plaisanter ».

A cette occasion, il avait déclaré : "Le cinéma est un travail difficile mais vous pouvez, en riant et en plaisantant, envoyer des SMS, des cartes postales avec vos observations sur le monde. Le cinéma est comme un projecteur qui éclaire les choses de la vie".

 

Ajouter un message