Carnet

Gérard THÉODORE

Gérard THÉODORE 28 novembre 1920 - 10 juin 2012
01/10/2015

Le Compagnon de la Libération et ancien officier d'artillerie française, Gérard THÉODORE a rendu son dernier souffle dimanche 10 juin 2012, emporté par la faucheuse dans son sommeil à 91 ans, à son domicile de Paris. Fils de parents commerçants, il vient au monde à Paris, le 28 novembre 1920. Il entreprend un cursus scientifique aux lycées Michelet et Saint-Louis à Paris. Il y obtient son certificat de Mathématiques générales. En 1939, il n’est pas mobilisé en raison de son âge. Refusant l'armistice, après avoir entendu l'appel du général de Gaulle, il rejoint l'Angleterre sur un navire de commerce le 25 juin 1940.

  • Son décès est rendu public par le chancelier de l’ordre, Fred MOORE.
  • Suite à l’annonce de son décès, Jean-Yves Le DRIAN, le ministre de la Défense rend hommage à « l'œuvre et à la mémoire d'un homme qui fait honneur à la France » et souligne que « La France gardera le souvenir de ce Compagnon de la Libération qui, refusant l'armistice et après avoir entendu l'appel de général de Gaulle, entre en résistance le 25 juin 1940 ».
  • La Croix annonce son décès en intitulant « Gérard THÉODORE, un compagnon de la libération, est mort » l’article relayant la triste nouvelle. L’article revient brièvement sur le parcours du « grand officier de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération depuis septembre 1942 et Croix de guerre 39/45 avec trois citations ».
  •  Pour sa part, Le Monde dans son article « Décès de Gérard THÉODORE, compagnon de la Libération, artilleur à Bir Hakeim » révèle qu’« Après ce décès, il ne reste plus que 26 compagnons de la Libération sur un total de 1 036 » tout en survolant brièvement son parcours.
  • Europe 1 évoque la disparition d’un « grand résistant est Compagnon de la Libération et ancien officier d'artillerie à Bir Hakeim (Libye) » dans son article publié sur son site web annonçant sa mort.
  • De son côté, Paris Normandie rapporte que « le Compagnon de la Libération et artilleur à Bir Hakeim était diminué depuis plusieurs mois » dans son article faisant part de son décès.
  • La Dépêche évoque la perte de « l’un des quatre derniers officiers d’artillerie survivants de Bir Hakeim » dans son article relayant l’annonce de son décès.

Ajouter un message