Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7J / 7, de 9h à 18h (appel local non surtaxé)

550 journaux et éditions
Commandes 24H sur 24, 7 jours sur 7

Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Publiez un avis dans la presse

Registre des décès en France depuis 1970.
Plus de 26 millions de résultats (Insee)

En consultation gratuite

Recherchez un avis de deces

Obsèque : Catherine THÉOT

Obsèque : Catherine THÉOT 5 mars 1716 - 1 septembre 1794
01/10/2015

La mort lui a-t-il accordé une seconde vie ?

Naissance : 5 mars 1716 à Barenton.

État civil : Catherine THÉOT est une mystique et une visionnaire française. Elle était originairement une domestique au couvent des Miramiones à Paris. Elle s’est autoproclamée prophétesse de la fin de l'Ancien Régime de l'époque de la Révolution française. Catherine THÉOT se disait être la « mère de Dieu » et procréer le nouveau messie qu’elle désignait par Robespierre. Sa secte chute en 1794, après la chute de Robespierre. Elle sera par la suite, jugée puis finalement disculpée.

Décès : 1er septembre 1794 à la Petite-Force, à Paris.

Catherine THÉOT est morte à l’âge de 78 ans à la Conciergerie où elle était enfermée.

  • Un mois après l'exécution de Robespierre, Catherine THEOT aurait prophétisé sa mort. Elle aurait déclaré au fond de sa prison : « Je ne périrai pas sur l'échafaud. Un évènement, qui jettera l'épouvante dans Paris, annoncera ma mort ». Cette affirmation reste une anecdote ésotérique.
  • Quand son décès surgit, la poudrière de Grenelle aurait explosé et provoquerait la mort d’une centaine de personnes, comme le rapporte François CARADEC dans « Guide de Paris mystérieux », éditions 1976.
  • Elle prédisait revenir de la mort et proclamait dans un rite de sa religion, l’immortalité de Robespierre, suivant le « Dictionnaire de la Conversation et de la Lecture », volume 36. En effet, elle s’autoproclamait « mère de Dieu » et désignait son privilégié Robespierre par le messie.
  • Plus tard en 1926, Gérard LENÔTRE peint Catherine THÉOT et publie sa gravure dans son recueil « Le mysticisme révolutionnaire ».
  • Ses lieux d’inhumation sont obscurcis et aucun document ne laisse des traces à ce sujet.

Ajouter un message