Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7J / 7, de 9h à 18h (appel local non surtaxé)

550 journaux et éditions
Commandes 24H sur 24, 7 jours sur 7

Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Publiez un avis dans la presse

Registre des décès en France depuis 1970.
Plus de 26 millions de résultats (Insee)

En consultation gratuite

Recherchez un avis de deces

Disparition : Thierry JONQUET

Disparition : Thierry JONQUET 19 janvier 1954 - 9 août 2009
01/10/2015

L’écrivain français, Thierry JONQUET est mort à 55 ans, le 9 août 2009 à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris. Né à Paris le 19 janvier 1954, il a une enfance marquée par le cinéma. Il fait ses études secondaires au lycée Charlemagne à Paris, puis étudie la philosophie à l'université de Créteil et plus tard l'ergothérapie. Il travaille ainsi en gériatrie. Devant le spectacle de la mort omniprésente, il commence à écrire pour raconter l'horreur et pour rendre hommage à un pensionnaire avec qui il s'était lié d'amitié. Lassé de l'environnement hospitalier, il brigue un poste d'instituteur. Il se voit affecté à un centre de neuropsychiatrie infantile. Puis il est nommé par l'Éducation nationale dans les cités de banlieue nord-parisienne où il a en charge une classe de section d'éducation spécialisée. 

Hubert ARTUS de Rue 89 annonce son décès en publiant l’article « Thierry JONQUET, mort d'un très grand romancier engagé ». Il y est rapporté que « Souvent, un auteur de polar est un vrai dur à cuire. Ce n’est qu’après un combat de deux semaines avec la mort que Thierry JONQUET s’en est allé. Victime d’une crise d’épilepsie mardi 28 juillet, Thierry « Moloch » JONQUET avait été admis à la Pitié Salpetrière. Depuis deux semaines, son cerveau était privé d’oxygène. Ce dimanche soir, il s’est éteint ». Par ailleurs, l’article souligne que « Quinze mois après Frédéric FAJARDIE, un autre très grand nom du polar français disparaît donc. Un autre grand nom de cette fameuse génération « néo-polar ». Car la carrière de JONQUET, fils d’ouvriers, est d’abord militante. En 1968, il milite du côté trotskiste. En 1970, il s’inscrit à Lutte ouvrière, sous le pseudonyme de Daumier, célèbre caricaturiste du XIXe siècle. Ce sera ensuite la Ligue communiste révolutionnaire en 1972. Il racontera cette expérience dans le récit « Rouge, c’est la vie » (1998) ».

Pour sa part, Le Figaro fait part de son décès via l’article intitulé « Décès du romancier Thierry JONQUET ». Il y est annoncé que « L'écrivain Thierry JONQUET, auteur d'une vingtaine de romans, notamment pour la Série noire, et de nombreuses nouvelles, est décédé dimanche à Paris à l'âge de 55 ans, a-t-on appris aujourd'hui auprès des éditions du Seuil. Né en 1954 à Paris, il avait publié son premier roman, « Mémoire en cage », en 1982 ».

Dans son article « Mort de Thierry JONQUET, auteur phare du nouveau polar français », Le Monde annonce que « L'écrivain Thierry JONQUET, auteur d'une vingtaine de romans, notamment pour la Série noire, et de nombreuses nouvelles, est mort, dimanche, à l'hôpital de La Salpêtrière à Paris à l'âge de 55 ans, ont annoncé, lundi 10 août, les éditions du Seuil. Engagé politiquement à Lutte ouvrière puis à la Ligue communiste révolutionnaire, il travaille d'abord en milieu hospitalier, notamment en gériatrie et dans un établissement psychiatrique, où il est confronté à la mort et à la folie, qui deviendront les thèmes récurrents de ses romans ».

Ajouter un message