Carnet

Georges BRASSENS

Georges BRASSENS 22 octobre 1921 - 29 octobre 1981
01/10/2015

Naissance : 22 octobre 1921 à Sète dans l'Hérault

État civil : Georges BRASSENS est un célèbre poète et auteur-compositeur-interprète français. Il est le fils de Jean-Louis et Elvira BRASSENS. Il débute sa scolarité à 4 ans dans l’institution catholique des sœurs de Saint-Vincent conformément au souhait de sa mère. Deux ans plus tard, selon le désir paternel il intègre l’école communale, selon le désir de son père. Passionné par la musique, sa mère lui refuse des cours de musique afin que son carnet de notes soit meilleur. Ignorant le solfège, il arrive à griffonner des chansonnettes sur ses premiers poèmes. C’est en 1936, grâce à son professeur de français Alphonse BONNAFÉ, qu’il s'ouvre à la poésie.

Décès : 29 octobre 1981 à Saint-Gély-du-Fesc dans l'Hérault

  • Georges BRASSENS est mort des suites d’un cancer.
  • Le matin du samedi 31 octobre 1981, ses obsèques ont lieu au cimetière Le Py à Sète. Il repose dans le caveau familial.
  • Lors du JT d’Antenne2 « Le 20H » du 30 octobre 1981, le présentateur Patrick Poivre d'ARVOR annonce son décès en ouverture du journal. Il déclare : « On est là, tout bête, à 20 ans, à 40, à 60… On a perdu un oncle ».
  • Pour le 30ème anniversaire de son décès, le journal suisse « La Tribune de Genève » intitule un article « Trente ans après sa mort, George BRASSENS influence toujours les artistes » pour lui rendre hommage. Il y est rapporté que « Le 29 octobre 1981 décédait le chanteur et poète George BRASSENS. Trente ans après sa disparition, son ombre plane toujours sur l’esprit des musiciens francophones. Maître à penser, chantre de la liberté ou souvenir d’enfance, Georges BRASSENS reste encore très présent dans le cœur et l’esprit des musiciens, 30 ans après sa disparition ».
  • La radio « France Info » publie sur son site web l’article « L’héritage Georges BRASSENS, 30 ans après sa mort » pour commémorer l’anniversaire de son décès. L’article revient sur son décès et souligne par la même occasion qu’il « reste encore très présent dans le cœur et l'esprit des musiciens français d’aujourd’hui. Une œuvre immense, plus de 300 chansons. Et immanquablement, il y a en a une que vous commencez à fredonner à l’évocation de son nom ».
  • Dans son numéro paru le 28 octobre 2011, L’Humanité rend hommage au « poète, anar, chanteur au regard plein de tendresse, reste intemporel » et souligne que « trente ans après sa mort, sa poésie continue de courir les rues. L'ami Georges nous a laissé près de 180 chansons qui ont marqué l'histoire de la musique populaire grâce à leurs textes poétiques et leurs mélodies simples ».

Ajouter un message