Carnet

Mike WALLACE

Mike WALLACE 9 mai 1918 - 7 avril 2012
01/10/2015

« Il n’existe pas de questions indiscrètes ».

Mike WALLACE est mort à 93 ans, dans sa résidence de New Canaan (Connecticut). Il avait reçu un stimulateur cardiaque il y a plus de 20 ans, et avait une longue histoire de soins cardiaques ayant subi un triple pontage en janvier 2008.

Pour relayer l’annonce de son décès, Le Figaro évoque pour sa part, la disparition « d'un des journalistes légendaires de la télévision américaine ».
La presse nationale revient aussi sur le parcours de l’interviewer hors pair, dont la devise était : « il n’existe pas de questions indiscrètes ».

Journaliste vedette de CBS et présentateur de l'émission d'investigation de renom "60 Minutes".

7 avril 2012 à New Haven, (Connecticut) naissance de mini Mike surement un micro à la bouche à la place de la tétine ... Issu d’une famille d’immigré juive russe, il est le fils de Frank WALLACE et de Zina SHARFMAN. Il a été officier des communications dans la marine pendant trois ans pendant la Seconde Guerre mondiale.

- Il effectue ses études secondaires au Brooklin High School.
- En 1953, il les poursuit à l’Université du Michigan et obtient un Bachelor en Arts.
- Par la suite, il commence une carrière à la radio. Il effectue ses premiers pas à la Wood Radio de Grand Rapids, Michigan. Au cours de sa carrière, long d’une soixantaine d’années, il mène des interviews d'un grand nombre de personnalités publiques, politiques et médiatiques aux États-Unis.

Connu pour ses interviews souvent caustiques, les invités étaient parfois réticents à venir à l'émission. À partir de 1968, en tant qu’animateur d'information populaire, il a fait le tour du monde, affichant son charme et son esprit et posant des questions toujours percutantes aux rois et présidents, aux magnats des affaires, aux bureaucrates et aux artistes passés sur le grill : Leonard Bernstein, Luciano Pavarotti, Janis Joplin, Tina Turner, Salvador Dali, Barbra Streisand (qu'il avait fait pleurer en 1991)...

Durant sa longue carrière, il a interviewé tous les présidents des Etats-Unis depuis John F. Kennedy, (à l’exception de George W. Bush), ainsi que la plupart des grands dirigeants de la planète.

Un « journaliste « pitt-bull », se distinguant par ses entretiens intransigeants de nombreuses célébrités et dirigeants internationaux :
- Celui qui à oser sans aucune hésitation, à demander s'il était fou ? à l'ayatollah Khomeiny.
- "Parjure !" avait -t-il déclaré, dans son style au bras droit du président Richard Nixon, John D. Ehrlichman, pendant qu'il l'interviewait pendant l'affaire Watergate.

"Pardonnez-moi" était l’expression préférée de Wallace, la caresse avant la gifle. "Dès que vous l’entendez," avait-t-il dit au Times, "vous réalisiez que la question difficile était sur le point d’être posée !"

Le magnat de la bière Joseph Coors a plaisanté un jour en déclarant : « Les quatre mots les plus effrayants de la langue anglaise sont « Mike Wallace est ici ! ».

Wallace s'était retiré en 2006, continuant toutefois de faire quelques reportages occasionnels. Les interviews en tête-à-tête, le format qui devait être l'œuvre de sa vie a valu à « Mike Malice » (comme le surnommer les critiques) : 21 Emmys Award, 5 prix de journalisme DuPont-Columbia et 5 prix Peabody...Il laisse une empreinte indélébile sur le journalisme.

Lors du service funéraire à New York, la famille, les amis et les collègues de Mike Wallace ont partagé leurs histoires préférées du légendaire correspondant de « 60 Minutes ». Les anecdotes n’ont pas dû manquer durant la messe... Mike avait deux fils : Chris qui a pris la parole à ses funérailles, en disant: « Grandir comme le fils de Mike Wallace n’a pas été facile. Il était occupé à poursuivre sa carrière et j’ai passé les premières années de la mienne à essayer de sortir de son ombre. Son autre fils, Peter Jon était décédé accidentellement en 1962 au cours d'une randonnée en Grèce.

 

Ajouter un message