Carnet

Eugène DELACROIX

Eugène DELACROIX 26 avril 1798 - 13 août 1863
01/10/2015

Représentant du romantisme et billet de 100 Frs ...

Ferdinand-Victor-Eugène DELACROIX, est un peintre majeur du romantisme en peinture, apparu au début du XIXe siècle, en France. Charles, son père, occupe des fonctions importantes comme ministre des Affaires étrangères, il est ensuite nommé préfet à Marseille, puis à Bordeaux, où il meurt alors que le jeune Eugène est âgé de six ans. Victoire Delacroix, sa mère, est la fille d’un des plus grands ébénistes de son temps, Jean-François Oeben, au service du roi Louis XV. Sa mère et lui s’installe à Paris.

⦁ D'octobre 1806 à l'été 1815, DELACROIX fréquente un établissement d'élite, le Lycée où il reçoit une bonne instruction.
⦁ En mars 1816, DELACROIX entre aux Beaux-Arts où l'enseignement est moins onéreux qu'en atelier privé.

Artiste engagé malgré lui, chef de file du romantisme, sa peinture met en exergue les sentiments comme les couleurs...

⦁ En 1822, au Salon il présente pour sa première fois son tableau grand format Dante et Virgile aux enfers. Dès lors, Eugène Delacroix subit les critiques des experts tout en recueillant les éloges des institutions étatiques, qui lui achètent régulièrement ses œuvres.

⦁ Les années suivantes, il revient avec d'autres tableaux qui lui valent éloges et critiques. C'est le cas des œuvres Les Scènes des Massacres de Scio (1824) et La Mort de Sardanapale (1827).

⦁ En 1831, il obtient une première récompense officielle pour son tableau La Liberté guidant le peuple, une œuvre devenue mythique : Allégorie de la révolution des Trois Glorieuses de juillet 1830, la toile est rentrée dans la culture populaire. Le tableau est souvent utilisé comme symbole de la démocratie française.

L’Autoportrait d’Eugène Delacroix devant un détail du tableau “La Liberté guidant le Peuple”devient un billet de 100 Frs...

Un des peintres préférés du président de la République de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing, Eugène Delacroix aura l’honneur de la Banque de France de 1978 à 1995. (À noter que pour la première fois, des points en relief permettaient aux non-voyants d’identifier la coupure).

De grandes commandes décoratives pour le palais Bourbon (actuelle Assemblée nationale), le Sénat ou pour l’église Saint-Sulpice comble les 20 dernières années de sa vie. « Je n’aime pas la peinture raisonnable », affirme Eugène Delacroix. Il y réalise deux décors pariétaux dont la célèbre Lutte de Jacob avec l’ange. A partir de 1842, le peintre est malade et Eugène DELACROIX meurt d'une crise d'hémoptysie des suites d'une tuberculose, dans son appartement de la place de Fürstenberg.

Il rendit son dernier souffle à 7 heures du soir en tenant la main de Jenny Le Guillou, sa gouvernante.
Le 17 août 1863, ses obsèques ont lieu à St-Germain-des-Prés, à Paris, Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.
Son tombeau en lave réalisé par Volvic reproduit fidèlement celui de Scipion.
À sa mort, les artistes contemporains lui rendirent de vibrants hommages, notamment Gustave COURBET. En revenant de l'enterrement du maître romantique, indigné du peu d'égards témoignés par les autorités, Henri FANTIN-LATOUR réalisa un tableau « hommage mortel » intitulé « Hommage à DELACROIX » en sa mémoire.

Son atelier situé au 6 rue de Fürstenberg à Paris 6ème est aujourd'hui le musée national Eugène DELACROIX.

 

Ajouter un message