Carnet

François VERCKEN

François VERCKEN 8 avril 1928 - 11 décembre 2005
01/10/2015

Le compositeur et chef de chœur français, François VERCKEN est décédé dans sa 77ème année, le 11 décembre 2005 à Paris. Né à Paris le 8 avril 1928, il n'est pas un compositeur précoce : ce n’est qu’à l’âge de 27 ans qu’il commence des études musicales sérieuses. A 20 ans, pour financer ses études musicales et ses premiers achats de disques de jazz, il est maître de chapelle au Collège oratorien de Juilly où il dirige la chorale « Cigale ». Il travaille la technique d’écriture et la composition auprès de Daniel-LESUR, et de Serge NIGG, rencontre alors d’autres maîtres. Sa première œuvre est une cantate, « Cantate pour le Vendredi-Saint », datant de 1968.

  • Libération annonce son décès en publiant l’article « Mort du chef François VERCKEN ». Il y est rapporté que « Le compositeur et chef de chœur François VERCKEN est mort dimanche à Paris à 77 ans ». Par ailleurs l’article souligne que « Né à Paris, cet «artisan en sons», attentif aux expériences nouvelles, côtoya Maurice OHANA, Henri DUTILLEUX, Pierre SCHAEFFER et Django REINHARDT. Parmi ses œuvres, qui témoignent d'une indépendance esthétique, Versets pour mezzo et ensemble orchestral, l'Abandon pour voix et piano, Reflets de vitrail pour orgue... Une messe à sa mémoire sera dite au Val-de-Grâce vendredi à 10 heures ».
  • Dans son article « Le compositeur français François VERCKEN est mort », Le Nouvel Observateur annonce que « L'association Musique au Val-de-Grâce a annoncé mardi 13 décembre la mort de son président François VERCKEN. Le compositeur et chef de chœur français s’est éteint le 11 décembre à Paris à l'âge de 77 ans. Né le 8 avril 1928 à Paris, François VERCKEN est resté marqué par sa formation chorale initiale. Il était passé par la Maîtrise de Notre Dame de Paris et avait acquis une pratique de la musique comme chef de chœur entre 1943 et 1957. Il avait occupé des fonctions administratives et de production à l'ORTF, puis à Radio France (France Musique) jusqu'en 1983. Celui qui se définissait lui-même comme « un artisan en sons » est resté attentif jusqu'à ses derniers jours aux expériences nouvelles. Il s’était beaucoup investit à Musique au Val-de-Grâce, pour laquelle il avait aidé à la création d'un ensemble vocal ».

Ajouter un message