Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7J / 7, de 9h à 18h (appel local non surtaxé)

550 journaux et éditions
Commandes 24H sur 24, 7 jours sur 7

Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Publiez un avis dans la presse

Registre des décès en France depuis 1970.
Plus de 26 millions de résultats (Insee)

En consultation gratuite

Recherchez un avis de deces

Décès : Yves BENOT

Décès : Yves BENOT 23 décembre 1920 - 3 janvier 2005
01/10/2015

Victime d'un infarctus à Venise

Naissance : 23 décembre 1920 à La Ferté-sous-Jouarre.

État civil : De son vrai nom Édouard HELMAN, Yves BENOT est un historien français du colonialisme. Il fut à la fois un journaliste et un militant anticolonialiste. Son père, médecin, exerçait à La Ferté-sous-Jouarre et se distingua pendant la bataille de la Marne en 1914. Ses parents furent par la suite déportés en camp d'extermination en 1943. Il a ainsi interrompu ses études en lettres et n’a repris son activité littéraire qu’à la fin de la guerre.

Décès : 3 janvier 2005 à Paris.

Yves BENOT est décédé à l'hôpital Saint-Joseph. Il avait été victime d'un infarctus à Venise et était resté faible depuis. Il était hospitalisé un mois avant sa disparition et a subi une opération. L'intervention n’a pas eu de complication, mais son cœur, très affaibli, a lâché.

Il fut inhumé au cimetière du Père Lachaise, dans la matinée du samedi 8 janvier 2005

Son décès fut communiqué par Marcel DORIGNY, vice-président de l'APECE, le 4 janvier 2005. Le journal Libération a par la suite relayé l’annonce nécrologique d’Yves BENOT le 5 janvier 2005. Bien que faible et hospitalisé depuis un mois, Yves BENOT a assuré la présidence de l'APECE jusqu’à sa mort, selon M. DORIGNY sur le site « Ahrf.Revues ». Le site « Éditions de la Découverte » fait part du projet de l’écrivain, interviewé par François GEZE quelques jours avant sa mort. Le site publie l’article « La disparition de Yves BENOT » le 6 janvier 2005.

L’économiste franco-égyptien Samir AMIN rend hommage au « militant anticolonialiste infatigable » sur le site « Réseau-Ipam ». « Yves BENOT compte parmi les plus anciens amis que j’ai connus », a-t-il affirmé. « Yves m’avait fait part de son projet d’organiser à Paris, en octobre 2005, un colloque sur le thème de l’abolition de l’esclavage », a-t-il rajouté.

Le 21 octobre 2005, un grand auditorium fut organisé pour rendre hommage à l’« historien des luttes anticoloniales ». Cette rencontre en hommage à la mémoire d’Yves BENOT évoque son ouvrage et son autorité dans le renouveau moderne des études en matière d’histoire coloniale.

Ajouter un message