Carnet

Obsèque : Georges Moustaki

Obsèque : Georges Moustaki 3 mai 1934 - 23 mai 2013
01/10/2015

Le Grec né en Egypte qui aimait la culture Française ...

Le journal Libération fait part du décès de Yussef Mustacchi dit Georges Moustaki décédé à 79 ans, des suites d’une maladie pulmonaire, un emphysème, une maladie respiratoire incurable qui l'a emporté "au petit matin" à Nice. En 2011, il avait confié dans une interview à La Croix qu’il souffrait de problèmes respiratoires et que sa maladie, « irréversible », le rendait « définitivement incapable de chanter ».

Il s'était rebaptisé "Georges" en hommage à Brassens.

Dans « Le métèque », l’un de ses plus grands succès, Georges Moustaki disait ses racines multiculturelles, (il est né le 3 mai 1934 à Alexandrie (Egypte), son attachement aux mots et à l’amour plutôt qu’à une terre ou une patrie. Il arrive à Paris en 1951 où il enchaîne les petits boulots. Garçon de café puis serveur de cabaret-bar, il assiste aux concerts de vedettes de l’époque. Il choisit ainsi son nom d’artiste en hommage à l’une de ses idoles, Georges Brassens.

Tout jeune compositeur, le célèbre auteur et compositeur d'origine grecque (naturalisé en 1985) cherche à vivre de ses chansons, en 1958 Georges Moustaki propose «Milord» à Edith Piaf et ce succès va lui ouvrir une voix royale dans le milieu des chansonniers des années 1960, il compose alors pour Barbara, une belle rencontre de la vie. Il lui écrit le texte de "La longue dame brune". La chanteuse pense que cette chanson les lie. Ils l’interprèteront en duo quelque temps plus tard sur la scène de l’Olympia.
En 1966, elle lui présente Serge Reggiani, "Sarah", "Ma liberté", "Ma solitude" titres qui sont tous des succès, contribuent à faire connaître les talents d’auteur compositeur de Moustaki. Un titre est cependant refusé par Reggiani. Il s’agit du "Métèque"...

Avec sa gueule de méthèque, il est enfin seul en scène...

Georges Moustaki, se décidera à enregistrer "Le métèque" qui est immédiatement un succès et se vend à un million d’exemplaires en France. Le 33 tours, qui porte le même nom, est récompensé par le Grand Prix de l’Académie Charles Cros. L’apprenti chanteur sort de l’ombre et se retrouve propulsé sur la mythique scène de Bobino.

Le succès de sa chanson sortie pendant les événements de mai 1968 auxquels il participe activement, lui permet de chanter lui-même ses propres compositions sur scène. Il passe les trente années suivantes dans une tournée permanente, où il privilégie les ambiances intimes et acoustiques. Flatté par les hommages d’artistes de la nouvelle génération et heureux de savoir que les enfants notamment continuent d’apprendre ses chansons à l’école, il était plus circonspect à l’égard des honneurs officiels.

Au cimetière du Père-Lachaise, Georges Moustaki repose à quelques mètres d'Édith Piaf, et dans les allées du plus beau cimetière parisien, ils étaient plusieurs centaines d'anonymes et quelques personnalités du spectacle, qui le décrivent comme un homme exquis. Autour de la famille de l'artiste, de nombreux amis comme Guy Bedos, Enrico Macias, visiblement bouleversés...

Ouest France lui demandait en 2008 ce qu'il faudra retenir de lui. Sa réponse : « Quelques chansons... J'aimerais être identifié par quelques chansons, qu'elles continuent à vivre sans moi. Milord peut rester très longtemps dans les mémoires. C'est ce qui me rend le plus orgueilleux... ». Georges Moustaki s'est hissé au rang des très grands auteurs-compositeurs et interprètes de la chanson française et à force de penser que « l'homme dépend du songe », le « Métèque » a su réaliser ses rêves et se faire une place dans le coeur des Français.

 

Ajouter un message