Carnet

Albert Simon

Albert Simon    - 5 juillet 2013
01/10/2015

L’homme de radio français Albert Simon est décédé le 5 juillet 2013. On se souvient de lui par son accent levantin assez prononcé dans sa voix chevrotante plus que mémorable pour tous. Il régna sur le beau et mauvais temps durant les années 60, 70 et 80. Le journaliste météo de radio à la célèbre voix éraillée, est mort, a annoncé Le Parisien.

Philosophie de Gandhi en Europe

Né en décembre 1920, Albert Simon était membre de la communauté non violente de Lanza del Vasto à Tournier (Charente-Maritime) entre 1949 et 1952. Rurale et végétarienne, cette communauté dont il fait partie a pour but de promouvoir la philosophie de Gandhi en Europe. Au moment de la création de l’Etat d’Israëlen en 1948, il rejoint le groupe particulièrement affecté par la guerre qui a éclaté entre juifs et arabes. Il tente en vain d’inciter les deux communautés à trouver un terrain d’entente non violente. Il a coécrit, avec Robert Lartigue, l’ouvrage intitulé Les Dictons météorologiques de nos campagnes, sorti en 1978, Editions universitaires.

Il était surtout une voix.

Albert Simon a débuté sa carrière dans les locaux d’Europe 1. Il était chargé du bulletin météorologique de la station de radiodiffusion. C’est dans les années 50 qu’il écrivait des bulletins météo qu’il transmettait aux présentateurs pour être lus. Une vingtaine d’années plus tard, L’homme à la voix caractéristique est amené à prendre le micro. A la demande de la direction de la chaîne, Sa voix devient l’un des emblèmes de la station.

En 1986, il avait quitté la station radio et sera remplacé par Laurent Cabrol qui continue jusqu’à présent à présenter la météo. La voix d’Albert Simon évoquera pour beaucoup de souvenirs de jeunesse. Il était contraint de quitter son poste pour des raisons de santé. Dans un esprit de bon enfant, les journalistes d’Europe 1 blaguent gentiment à son sujet, hors antenne ou à micro ouvert, en laissant entendre que le journaliste spécialisé dans les bulletins météorologiques est une grenouille installée dans un bocal avec une petite échelle. Cette plaisanterie devient rapidement célèbre que Carlos Senor Météo la reprend dans une chanson : Ma grenouille est malade/et elle n'a plus vingt ans/ Le soleil est en rade/elle avait annoncé du beau temps...

Des moyens de prévisions embryonnaires…

Dans les années 1960 et 1970, les moyens de prévision météorologique à long terme sont rudimentaires mais en pleine amélioration. Pour pouvoir interpréter et transmettre les informations aux auditeurs, les stations radios de l’époque font confiance aux premiers satellites météo américains de la NOAA avec la montée en puissance des ordinateurs. Les prévisions sont fiables à 72 heures au mieux. Rappelons que le même taux de fiabilité avec les prévisions à 7 jours, dans la décennie 2010-2020, est confirmé.

Tous les 1ers du mois, Albert Simon faut un récapitulatif très personnel sur une évolution de la météorologie, exposant des tendances semaine par semaine sur tout le mois en cours. Les informations qu’il donne sont d’une fiabilité assez discutable. En effet, elles ne s’écartent pas vraiment des données statistiques. En tant que juif pratiquant, Albert Simon ne travaille pas le samedi et fait sa routine habituelle en enregistrant ses bulletins météorologiques la veille, le plus souvent seul. Elles sont parfois erronées car il annonce du mauvais temps quand il y a du soleil le lendemain.

Ajouter un message