Carnet

Arthur Rimbaud

Arthur Rimbaud 20 octobre 1854 - 10 novembre 1891
01/10/2015
  • Naissance : 20 octobre 1854 à Charleville
  • État civil : De son nom complet, Jean Nicolas Arthur RIMBAUD est un poète français. Il est le fils de Frédéric RIMBAUD, capitaine d'infanterie, et de Marie Catherine Vitalie CUIF, une paysanne née à Roche. Se déclarant veuve, la mère déménage avec ses enfants en 1861 pour habiter au 73 rue Bourbon, dans un quartier ouvrier de Charleville. En octobre, le jeune Arthur entame sa scolarité à l'institution ROSSAT où il récolte les premiers prix. Figure rigide et soucieuse de respectabilité, vigilante sur l’éducation de ses enfants, Vitalie RIMBAUD rend le climat familial étouffant.
  • Décès : 10 novembre 1891 à Marseille.
  • Après un périple de plusieurs années en Afrique, Arthur RIMBAUD débarque à Steamer Point, il est hébergé chez César TIAN le temps de régler leurs comptes. Hospitalisés aussitôt après, les médecins lui diagnostiquent une synovite rendue à un point si inquiétant qu’une amputation semble inévitable. Cependant, quelques jours de repos lui sont accordés pour en mesurer les éventuels bienfaits. Devant le peu d’amélioration, il lui est conseillé de rentrer en France. Le 9 mai, on l’embarque sur « l’Amazone », un trois-mâts goélette à vapeur des Messageries maritimes, à destination de Marseille.
  • Arthur RIMBAUD est débarqué à Marseille le 20 mai 1891. Il est admis à l'hôpital de la Conception. Les médecins diagnostiquent un néoplasme de la cuisse. Le 22, on lui annonce qu’il va falloir l’amputer. La cicatrisation faite, il ne subsiste qu’une douleur localisée. Le 24 juin, il s’exerce à se déplacer avec des béquilles. En juillet, RIMBAUD ne peut se servir de sa jambe artificielle, car elle enflamme le moignon. En attendant qu’il se renforce, il continue à « béquiller » mais, à la longue, cela lui occasionne de fortes névralgies dans le bras et l’épaule droite ainsi que dans sa jambe valide. Le médecin constate une augmentation de volume du moignon et une rigidité du bras droit. Le 24 août, il est de nouveau admis à l’hospice de la Conception.
  • La veille de sa mort, il dicte, en proie au délire, une lettre adressée au directeur des Messageries Maritimes, il lui dicte un message sibyllin. Il meurt le lendemain, mardi 10 novembre à dix heures du matin selon le registre des décès de l’hôpital, à deux heures de l’après-midi selon sa sœur.
  • Son corps est ramené à Charleville. Les obsèques se déroulent dans l’intimité la plus restreinte, le 14 novembre 1891. 
  • Arthur Rimbaud est inhumé dans le caveau familial au cimetière de Charleville-Mézières auprès de son grand-père, Jean Nicolas CUIF et de sa sœur Vitalie.

Ajouter un message