Carnet

Terry Jones

Terry Jones 1 février 1942 - 21 janvier 2020
24/01/2020

Une vie d’humour avec les Monty Pyton.

La démence au propre et au figuré ...

Difficile à croire qu’il ait pu mourir de démence, alors qu’il a vécu avec pendant plus de 70 ans.
Le comédien et réalisateur britannique Terry Jones, figure emblématique des Monty Python et de leur humour déjanté, est décédé à 77 ans ont annoncé ses proches. L'Académie britannique du film diffusait un communiqué en 2016 avouant que le comédien avait reçu un terrible diagnostic d'aphasie progressive primaire (maladie dégénérative qui fait perdre graduellement la capacité de parler) et qui aurait évolué vers une forme rare de démence.

Ce Gallois, fils d’officier de la Royal Air Force sera celui qui militera pour la « déconstruction révolutionnaire », il fonda (avec quatre autres Britanniques et un Américain) il y a plus de cinquante ans les « Monty Python Flying Circus » qui, sans surestimer leurs talents, sont la base du comique contemporain britannique. Certains n’hésitent pas à faire la comparaison avec les Beatles qui exercèrent une profonde influence sur la musique contemporaine des années 60.

⦁ La troupe voit le jour en 1969 sur la BBC, suivra 45 épisodes télévisés (1969-1974)
⦁ 5 longs-métrages du groupe comique (dont deux dirigés par le seul Terry Jones) :
⦁ Un long-métrage de fiction inspiré par le destin d’une tenancière de bordel londonien.
⦁ Un film de marionnettes dans lequel David Bowie portait une perruque faite de brins de choucroute...
Resteront les plus beaux titres de gloire de ce talent singulier.

Pas qu’un humoriste déjanté...

⦁ Jones était un éminent spécialiste du poète médiéval anglais Geoffrey Chaucer et diplômé d’Oxford.
⦁ Il avait réalisé pour la BBC plusieurs documentaires de vulgarisation historique sur, entre autres, les croisades et la Rome ancienne.

Terry Jones inspire à l'équipe ce sens de la dérision et fait éclater la structure narrative traditionnelle toujours sur le fil du rasoir, il joue la carte de la naïveté, multiplie les répliques à l'emporte-pièce.

Avec son acolyte Terry Gilliam il partage le crédit de Sacré Graal (1975) et du Sens de la vie (1983). Dans « La Vie de Brian », il joue Mandy, considérée à tort comme la Vierge Marie et dont le fils, Brian, est pris aussi par erreur pour le fils de Dieu... cette vision très « originale » du Nouveau Testament où un pauvre habitant de Judée, né la même nuit que Jésus, croise toute sa vie durant et pour son plus grand malheur le destin du Christ.

Parmi les hommages individuels des Monty Phyton, Eric Idle, membre de la troupe de frappadingues revient ainsi sur son amitié avec Terry Jones et ses talents d’humoriste :
« Je l’ai aimé dès que je l’ai vu sur scène au Festival d’Edimbourg en 1963. »
« Tant de rire, de moments d’hilarité totale sur scène et hors scène que nous avons tous partagés avec lui. C’est très triste mais les nombreux instants merveilleusement drôles qu’il nous a offerts vous donneront toujours le sourire. ». Sacré Terry!.

 

Ajouter un message