Carnet
Le Monde
Aujourd'hui en France
La Croix
Le Figaro
Le Monde
Libération
Hebdo de l'Ardèche
L'Orne Hebdo
La Gazette de la Manche
La Gazette du Centre Morbihan
La Nouvelle République des Pyrénées
La Tribune de Montélimar
Le Courrier du Pays de Retz
Le Journal du Médoc
Le Pays Briard
Le Petit Courrier
Le Ploërmelais
Le Sisteron Journal
Les Annonces des Hautes Vosges
Messager Chablais
Saint-Martin's Week

Paul ÉLUARD

01/10/2015
Paul ÉLUARD 14 décembre 1895 - 18 novembre 1952

Naissance : 14 décembre 1895 à Saint-Denis

État civil : Paul ÉLUARD fut le nom de plume du poète français Eugène Émile Paul GRINDEL. C'est à l’âge de 21 ans, en 1917, qu’il prendra ce nom pseudonyme, qu'il hérita de sa grand-mère, Félicie. Il débuta sa carrière artistique en intégrant le mouvement dadaïsme. Il en deviendra même l'un des piliers du surréalisme en ouvrant la voie à une action artistique engagée. Par ailleurs, il est le fils de Clément Eugène GRINDEL, un comptable et de Jeanne-Marie COUSIN, une couturière. Il fut marié trois fois : le 21 janvier 1916, il épouse Helena DIAKONOVA, puis en 1934, il épousa en secondes noces Maria BENZ, une modèle et en 1951, il se remaria avec Dominique LEMOR. Il n’a eu qu’un seul enfant, sa fille Cécile, fruit de son premier mariage. Notons qu’en 1946, il refusa la Légion d'honneur.

Décès : 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont

  • Le 18 novembre 1952 à neuf heures du matin, Paul ÉLUARD succombe à une crise cardiaque à son domicile, 52 avenue de Gravelle à Charenton-le-Pont. Il aurait eu 57 ans le mois suivant.
  • L'écrivain Robert SABATIER déclara à l’annonce de son décès : « Ce jour-là, le monde entier était en deuil ».
  • Ses obsèques furent organisées par le Parti communiste et eurent lieu le 22 novembre 1952 à Charenton-le-Pont.
  •  Le gouvernement français lui refusa des funérailles nationales bien qu’il ait été un poète communiste très engagé au sein du parti.
  • Il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise.
  • Les images de ses obsèques ont été diffusées lors du journal télévisé de 20 heures du 22 novembre 1952. On remarqua la présence d'un portrait géant de l'écrivain et de son masque mortuaire sur le cercueil. Aragon et Vercors étaient venus faire un discours sur une estrade installée pour l'occasion.

Livre d'Or

Ajouter un message
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z