Carnet

Annie LECLERC

Annie LECLERC 21 juillet 1940 - 13 octobre 2006
01/10/2015

La philosophe et militante féministe française, Annie LECLERC est morte le 13 octobre 2006 à Paris. Née le 21 juillet 1940 à Saint-Sulpice-Laurière (Haute-Vienne), elle était l'épouse du théoricien marxiste Nicos POULANTZAS. Issu d’une famille de cheminots, elle fait ses études secondaires au lycée Marie-Curie, à Sceaux et ses études de philosophie à la Sorbonne. En 1963, elle obtient une Licence en philosophie. Entre 1963 et 1975, elle est professeur de philosophie mais elle met sa carrière entre parenthèse pendant quatre années afin de se consacrer à l`écriture. Dès 1979, elle enseigne à nouveau les techniques d`expression écrites et orales à l`IUT de Sceaux.

 

  • Le Nouvel Observateur annonce son décès en publiant l’article « Mort de la philosophe Annie LECLERC ». Il y est rapporté que « La philosophe et militante féministe Annie LECLERC est morte vendredi 13 octobre, a-t-on appris une semaine plus tard, le vendredi 20 octobre, par une de ses maisons d'édition, Actes Sud. Elle avait 66 ans ». Par ailleurs, l’article souligne que « Née le 21 juillet 1940 dans une famille de cheminots de la Haute-Vienne, elle publia une dizaine d'essais et de romans, s'imposant à la fin des années 60 comme une figure du féminisme. Son premier roman, « Le point du Nord », sortit dans la foulée des évènements de mai 68. En 1971, elle avait signé dans Le Nouvel Observateur le manifeste dit « des 343 salopes », femmes qui déclaraient avoir avorté. Le succès vint en 1974, avec « Parole de femme », un livre qui prônait « un féminisme échappant à la seule récrimination », appelant « à la participation effective des femmes aux affaires du monde » ».
  • Pour sa part, le site web philosophie.cegeptr.qc.ca fait part de son décès via l’article intitulé « Décès d`Annie LECLERC ». Il y est annoncé que « Le 13 octobre 2006 est décédée à Paris la philosophe et militante féministe française Annie LECLERC à l`âge de 66 ans. Elle est l`auteur d`une dizaine d`essais et de romans qui ont fait d`elle une figure du féminisme. Très tôt, elle milite pour la liberté de la femme. Participant activement à une autre cause, celle d`offrir une dignité aux prisonniers, elle constate à l`instar de Michel Foucault l`inefficacité du système pénitentiaire. Elle anime pendant quinze ans des ateliers d`écriture dans les prisons et se bat pour démontrer l`inhumanité de l`incarcération. Son œuvre compte une dizaine de titres où le thème récurrent est la jouissance ».

 

Ajouter un message