Carnet

Olivier PRUGNEAU

Olivier PRUGNEAU   1962 - 3 juin 2012
01/10/2015

Olivier PRUGNEAU s’est éteint dimanche 3 juin 2012, emporté par un arrêt cardiaque à 52 ans dans son domicile de Nancy. Né en 1962, il est un universitaire et homme politique français. Docteur en sciences politiques, enseignant à l’IUT Charlemagne de Nancy, il est un considéré comme un patriote depuis toujours. Il a été secrétaire départemental du MRC de Jean-Pierre CHEVÈNEMENT et ancien soutien de Nicolas DUPONT-AIGNANT. Lycéen, il a été militant du Parti des forces nouvelles, un groupuscule d'extrême droite. Interrogé lors d'un meeting de Marine Le Pen, à Metz, le 11 novembre 2011, il expliquait son engagement au PFN, à 16 ans, par son anticommunisme de l'époque.

  • Suite à l’annonce de son décès, Nadine MORANO a adressé un message sur Twitter à destination de la famille de son adversaire politique. Elle écrit sur le réseau social : « J'adresse mes condoléances respectueuses et républicaines à la famille et aux proches de M. PRUGNEAU ».
  • 20 Minutes annonce son décès en publiant l’article intitulé « Décès soudain d'Olivier PRUGNEAU, adversaire FN de Nadine MORANO à Toul ». L’article rapporte que « Olivier PRUGNEAU, candidat du Front national a été retrouvé mort à son domicile par les pompiers, au 16e étage d'une tour de Nancy ».
  • Le journal Ouest France annonce son décès en intitulant « Mort de l’adversaire FN de Nadine MORANO » l’article annonçant sa disparition. L’article révèle qu’ « Âgé de 52 ans, Olivier PRUGNEAU a été retrouvé mort à son domicile par les pompiers. Les pompiers avaient été alertés par des militants du parti, inquiets de ne pas le voir à un rendez-vous ».
  • Sur son site web, TF1 poste l’article intitulé « L'adversaire FN de MORANO aux législatives décède subitement » afin de relayer l’annonce de sa disparition. L’article rapporte que « c’est des amis, inquiets de son absence à une brocante, qui ont alerté les pompiers qui ont retrouvé Olivier PRUGNEAU assis sans vie devant la télévision dans son appartement, situé au seizième étage d'une tour dont l'ascenseur était en panne ».
  • Le Journal Du Dimanche dans son article intitulé « Décès brutal d'un adversaire de Nadine MORANO » revient brièvement sur le parcours de « celui qui se définissait comme « gaulliste de gauche » ».
  • Le Républicain Lorrain évoque la disparition de la « figure de candidat atypique puisque cet enseignant nancéien n’était pas encarté au Front national » dans son article relayant la triste nouvelle. 

Ajouter un message