Carnet

Robert Gallimard

Robert Gallimard 12 novembre 1925 - 8 juin 2013
01/10/2015

L’éditeur Robert Gallimard est mort à Paris à l'âge de 87 ans

Gaston Gallimard, André Gide et Jean Schlumberger, deux des fondateurs de la Nouvelle revue française (NRF), créent en mai 1911, un "comptoir" baptisé Editions de la Nouvelle revue française. Les éditions ne porteront le nom de Librairie Gallimard qu’en 1919.

Fidèle soutien de son oncle Gaston puis de son neveu Antoine, qui dirige aujourd'hui le groupe. (Antoine Gallimard, PDG de Madrigall, dirige le cinquième groupe d’édition en France qui comprend Gallimard, Flammarion et Casterman, avec 428 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018...).
La nouvelle de la disparition de Robert Gallimard a été relayée dans les médias nationaux dont Libération.
Il grandit au sein d'une famille tout entière occupée de littérature et d'édition.
⦁ Fils de Jacques, le plus jeune frère de Gaston, fondateur de l'adresse de la rue Sébastien-Bottin (Paris 7e)
⦁ Il entre, après deux autres de ses cousins, dans la vénérable maison à 23 ans, partageant dès 1949 le bureau d'Odette Laigle, Dionys Mascolo, à la tête du département des cessions (traductions, cinéma, théâtre…) et Brice Parain.
⦁ Robert Gallimard épouse Renée Thomasset en janvier 1952 (La soeur de Jeanne (1919-2006) qui fut successivement la femme de Pierre Gallimard, frère de Robert, et de leur cousin germain Michel (1917-1960). C'est ce dernier qui périt des suites de l'accident de voiture qui coûta également la vie à Albert Camus le 4 janvier 1960.
 

Il accueille plutôt des écrivains de gauche

Membre du comité de lecture, il est aussi le principal interlocuteur de Jean-Paul Sartre et de Romain Gary, mais aussi de Camus, et gère nombre de successions jusqu'en 1990. Même s'il s'affirme apolitique. Philippe Sollers rappelle dans Le Monde que Robert Gallimard était "un homme d'une grande courtoisie, plein d'esprit, très ouvert, Claude Gallimard (fils de Gaston) s'occupait des auteurs plus académiques, en encourageait de plus subversifs".
L'aventure de Gallimard, dont le catalogue donne le vertige :
⦁ D'Aragon à Claudel ou Yourcenar,
⦁ En passant par Joyce, Faulkner, Céline, Queneau,
⦁ Camus, Duras, Kerouac, Kundera, Le Clézio, ou Modiano...
⦁ Gallimard avait également repris la ⦁ "Bibliothèque de la Pléiade" (passée dès 1946 sous la responsabilité directe de la famille).
⦁ L'éditeur a aussi engrangé une fortune avec "Harry Potter".

« On l’aimait bien, il était vraiment intelligent. Il comprenait les gens ». Nous sommes devenus très copains, nous avons beaucoup travaillé ensemble déclare Roger Grenier au Nouvel Observateur. « C’était un homme très discret, aimant beaucoup la littérature naturellement mais pas seulement... C’était aussi un bon vivant, fier de ses biceps, ce genre de choses. Il a été très présent dans la maison. Il venait tous les jours. Il avait pris sa retraite depuis plusieurs années déjà et avait de gros problèmes de santé. »...

Ajouter un message