Carnet

Jean Olivier HUCLEUX

Jean Olivier HUCLEUX   1923 - 17 mai 2012
01/10/2015

Le peintre et dessinateur français, Jean Olivier HUCLEUX s’en est allé jeudi 17 mai 2012 à Paris, à l’âge de 89 ans. Né à Chauny en 1923, il effectue ses premiers essais de peinture entre 1940 et 1945. En 1945, il cesse de peindre et exerce alors divers métiers. Ce n’est qu’en 1968, qu’il se remet à peindre. Installé à Vaux-sur-Seine, il réalise ses premières tentatives de peinture. Dans les années 1970, il s’ensuit un certain nombre de commandes publiques parmi lesquelles le portrait peint des Présidents Georges POMPIDOU et François MITTERRAND, ainsi que la commande d'un bronze en hommage à Louis ARAGON. Entre-temps, il réalise les portraits peints de Paul BOCUSE et de Pontus HULTEN.

  • Philippe DAGEN du Monde, intitule « La mort du peintre Jean Olivier HUCLEUX, figure de l'hyperréalisme » son article faisant par de son décès. Son article rapporte que « Sur son enfance et son adolescence, les détails sont rares. HUCLEUX n'aimait guère les questions, y répondait de façon déconcertante et décousue - ou n'y répondait pas. Dès ses débuts, la peinture et la photographie sont étroitement liées » tout en revenant sur sa carrière et les faits marquants de celle-ci.
  • Pour sa part, Jenna CHARMASSON du site web Connaissance des Arts, signe l’article « Décès du peintre Jean Olivier HUCLEUX » pour relayer la triste nouvelle. Elle y rapporte que « l'artiste français s'intéresse très tôt à la peinture et à la photographie avant d'abandonner sa pratique, après la fin de la guerre, afin de se lancer dans l'entreprise familiale » et souligne que « Jean Olivier HUCLEUX ne reprend ses activités de peintre que deux décennies plus tard, devenant l'un des principaux représentants du mouvement hyperréaliste en France, dont il réfuta par la suite l'affiliation ».
  • Dans son article « Décès de Jean Olivier HUCLEUX », Art Media Agency rappelle que « La carrière d’HUCLEUX est divisée en deux. L’artiste commence pendant la Seconde Guerre mondiale à s’intéresser à la peinture et au dessin, qu’il réalise à partir de photographies. Le Marinier est sa première composition réalisée d’après une photographie. À la fin de la guerre, il arrête la peinture, se met à faire plusieurs métiers et aide notamment l’entreprise familiale. C’est en 1968 qu’il se remet à créer, toujours d’après des photos, ce qui lui vaudra la qualification de chef de file du mouvement hyperréaliste en France ».

Livre d'Or

Ajouter un message