Carnet

Robert GABILLARD

Robert GABILLARD 15 mai 1926 - 2 mars 2012
01/10/2015

Le chercheur et physicien français ainsi que professeur émérite, Robert GABILLARD est décédé à 85 ans, le 2 mars 2012 à Lille. Il a vu le jour le 15 mai 1926. Après avoir terminé ses études à la Sorbonne et être devenu l'assistant du professeur Pierre Grivet en 1948, il commence une carrière de chercheur au laboratoire de physique de l'École Normale Supérieure. En 1954, il rentre comme ingénieur à l'Organisation européenne de recherche nucléaire, le CERN de Genève. En 1959, il est nommé Professeur à la Faculté des Sciences de Lille et Directeur de l'institut Radiotechnique. Il est marié depuis 1954 et père de trois enfants.

·         vendredi 9 mars 2012, ses obsèques sont célébrées en l’église St Jean L' Évangéliste à Tourcoing.

·         Suite à son décès, la station de métro Cité Scientifique du campus de l'université de Villeneuve-d'Ascq devrait être rebaptisée de son nom.

·         Sébastien LEROY du Nord Éclair annonce son décès en publiant l’article intitulé « Robert GABILLARD a pris son dernier métro ». Il y rapporte que « L'inventeur du métro automatique lillois s'est éteint vendredi dernier à l'âge de 85 ans » tout en soulignant qu’« On mesure sans doute mal ce qu'aura été l'apport de Robert GABILLARD dans nos vies de métropolitain. Quoi de plus naturel aujourd'hui que de grimper dans une rame du métro lillois, dont il fut le père scientifique. Son apport a été considérable pour la région, et même au plan international, sur le métro mais pas uniquement, et pourtant il reste méconnu ». De plus, son parcours et surtout l’aventure du « VAL » est revu tout au long de l’article.

·         De son côté, La Voix du Nord relaye la triste nouvelle de son décès via la publication de l’article « Robert GABILLARD, le créateur du métro lillois, est décédé ». L’article annonce que « Robert GABILLARD, professeur émérite des universités et citoyen d'honneur de la ville de Villeneuve-d'Ascq, est décédé vendredi, à l'âge de 85 ans » tout en soulignant que « Dans les années soixante, ce brillant physicien nucléaire avait mis son intelligence au service du projet de ville nouvelle, à l'est de Lille. Initialement chargé de favoriser la détection des catiches, en application de ses recherches, le scientifique avait fini par imaginer un lien entre Villeneuve-d'Ascq et Lille. Ainsi est né le premier véhicule automatique léger (VAL) au monde, dont l'acronyme pouvait aussi bien rappeler le nom des deux villes desservies ».

 

Livre d'Or

Ajouter un message