Carnet

Georges LABICA

Georges LABICA   1930 - 12 février 2009
01/10/2015

Le philosophe français, Georges LABICA est mort d'une hémorragie cérébrale, le 12 février 2009. Né à Toulon en 1930, il est professeur émérite des Universités (Paris-X Nanterre), directeur honoraire au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et professeur honoraire de l'Université du Peuple de Pékin. Spécialiste de philosophie politique, en particulier de l'histoire du marxisme, il a codirigé avec Gérard BENSUSSAN, le Dictionnaire critique du marxisme (PUF). Intellectuel engagé, il était également militant anticolonialiste et anti-impérialiste, président honoraire du Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR-PO), président de Résistance démocratique internationale, membre de l'Appel franco-arabe, du Forum des alternatives et de En Defensa de la Humanidad.

 

  • Le mardi 17 février 2009, il est inhumé au cimetière du Pecq.
  • Le Nouvel Observateur annonce son décès en publiant l’article « Georges LABICA est mort ». Il y est rapporté que « Le philosophe Georges LABICA vient de décéder, brutalement d'une hémorragie cérébrale, le 12 février dernier ». Par ailleurs, l’article souligne que « Ceux qui ont eu la chance de la fréquenter et de travailler avec lui ressentent une grande peine et une énorme perte. Georges était un homme fraternel, à l'intelligence toujours en éveil, un intellectuel ouvert et combatif, un pédagogue et un orateur hors pair, un esprit libre et un militant dont l'internationalisme et l'engagement ne se sont jamais démentis. Il était certainement l'un des penseurs marxistes les plus marquants d'aujourd'hui ».
  • Pour sa part, Le Figaro fait part de son décès via l’article intitulé « Décès du philosophe marxiste LABICA ». Il y est annoncé que « Le philosophe Georges LABICA, spécialiste de l'histoire de la théorie marxiste, est décédé jeudi d'une hémorragie cérébrale, ont indiqué aujourd'hui les éditions Le Temps des Cerises. Militant anticolonialiste et anti-impérialiste, il était également un fin connaisseur du monde et de la culture arabes, auxquels il a consacré plusieurs ouvrages ».

 

 

Ajouter un message