Carnet

Michèle Guigon

Michèle Guigon 4 août 1959 - 4 septembre 2014
01/10/2015
« Je n’ai pas fait médecin, j’ai fait malade, c’est dans la même branche ! » disait la pudique Michèle Guigon avec ironie dans « La vie va où » en 2009. Un spectacle dans lequel la comédienne invoquait le cancer, la même maladie qui a emporté cette femme remarquable, âgée de 55 ans dans la nuit du 3 au 4 septembre.
 
En rejoignant en septembre 2012, l'équipe de « On va tous y passer », le grand public a pu l’apprécier en entendant ses chroniques sur France Inter. L’une de ses chroniques s’adressait à l’invité du jour : Jérôme Deschamps. Elle rappelait à quel point Deschamps a pris une place importante dans sa vie. Ce qui intéressait de son côté Jérôme Deschamps, chez Guigon, c'était sa manière de jouer de l'accordéon, toujours un peu à côté ou encore sa présence qui a l'air de rien. Michèle Guigon était à l’aise avec l’instrument, ayant commencé dès son plus jeune âge et poussée par un père passionné de la musique.
 
Née le 4 août 1959 à Belfort, Michèle Guigon, passionnée par le spectacle s’est initiée au cabaret et au théâtre dès son enfance. Elle rêvait de devenir comédienne et fréquente les Quartiers d'Ivry à Paris, avec Antoine Vitez pour étudier l'art dramatique. Elle rencontre 7 ans plus tard Jérôme Deschamps qui la dirige de 1978 à 1985 dans de nombreux spectacles notamment : « Les Oubliettes », « Précipitations », « La Petite Chemise de nuit » ou encore « La Veillée ». Michèle composait en parallèle des musiques et s'initiait à la mise en scène pour présenter en 1984 Strapontin à Londres et à Avignon. Le spectacle fut un énorme triomphe d’une telle perfection qu’on s’en souvient encore trente ans plus tard.
 
Elle rencontre par la suite le directeur du Festival d'Avignon Alain Crombecque, qui lui proposa de produire ses scènes. Elle créa en 1984 avec Yves Robin et Anne Artigau, la Compagnie du P'tit Matin, qui a connu un grand succès, et montent ensemble de nombreux spectacles dans des manifestations. Elle continuait dans ce sens et décrocha le prix « Villa Médicis hors les murs » en 1990.
 
De nombreuses célébrités faisaient appel à ses services pour les mettre en scène ou pour écrire des chansons. Allain Leprest chantait ses paroles avec beaucoup de sensibilité. Elle tournait parfois, dans des films et participait à des représentations de groupe.
 
Depuis, elle n’a jamais arrêté et n’a pas cessé de produire avant que les premiers signes de sa maladie apparaissent et Guigon, fidèle à elle-même, toujours avec une grande pudeur, s'en est servie pour nous faire rire…

Livre d'Or

Ajouter un message