Carnet

Virna Lisi

Virna Lisi 8 novembre 1936 - 18 décembre 2014
01/10/2015
L’ac¬trice italienne Virna Lisi s’est éteinte jeudi 18 décembre à l’âge de 78 ans, a annoncé son fils à l'agence italienne Ansa, tout en précisant qu'elle est décédée dans son sommeil après avoir lutté contre une maladie incurable. Elle avait joué avec les plus grands et a décro¬ché un César et primé à Canne pour sa remarquable interprétation de Catherine de Médicis dans « La Reine Margot ».
 
Beauté blonde née Virna Peralisi à Ancône le 8 novembre 1936, compte à son actif près de 80 films au cinéma et une quarantaine pour le petit écran, en Italie, en France, mais également à Hollywood.
 
Elle a donné la réplique aux acteurs de renoms de son époque, dont Alain Delon, Richard Burton ou encore Marcello Mastroianni.
 
L'Italienne a débuté sa carrière à l’âge de 16 ans, quand le chanteur Giacomo Rondinella, alors ami de ses parents, les persuade de la laisser jouer avec lui dans « E Napoli canta », une petite comédie musicale d’Armando Grottini. Viendront par la suite d’autres petits rôles d'ingénue jusqu'en 1956 où elle joue le rôle principal dans « La femme du jour » de Francesco Maselli puis des dramatiques à la télévision.
 
Sa carrière est lancée. Très vite, sa notoriété fut internationale et elle jouera dans des films américains. Dans les années 1960, avec »Comment tuer votre femme » (How to Murder Your Wife), film de Billy Wilder où elle a incarné l'épouse confondante et exaspérante de charme de Jack Lemmon, elle a séduit le public américain. En 1962, elle interprète Francesca Ferrara, dans « Eva » de Joseph Losey. Ce rôle lui a déjà valu une réputation d'excellente interprète. Elle a également joué le rôle de la jeune femme victime de Jeanne Moreau et Stanley Baker. L’actrice tourna également en 1968, aux côtés de Frank Sinatra.
 
Après « Éva », le public français a pu l’apercevoir dans « Les poupées » sous la direction de Dino Risi. Elle fut égameùe,t l'héroïne d' » Arabella » de Mauro Bolognini. Elle joua dans « La Fille et le Général » aux côtés de Rod Steiger, puis dans « L'Arbre de Noël » de Terence Young avec William Holden et Bourvil ou encore dans « Casanova 70 » de Mario Monicelli.
 
« Je ne veux pas que l'on décide à ma place», disait-elle. Cette femme intelligente, intransigeante, n’a jamais voulu être l’esclave de Hollywood, et a renoncé à tout contrat. Elle a mis des années à acquitter le dédit qu'elle devait payer aux studios, mais elle était heureuse, libre et... romaine!

Ajouter un message