Carnet

André Valmy

André Valmy 5 octobre 1919 - 18 novembre 2015
26/11/2015

Une grande « gueule » du cinéma et de la télévision.

Valmy est célèbre pour être la première victoire décisive de l'armée française pendant les guerres de la Révolution ayant suivi le renversement de la monarchie des Bourbons. Elle eut lieu le 20 septembre 1792 mais ce nom est également connu pour l’acteur français André Valmy, qui jouait souvent les seconds rôles au théâtre, au cinéma, à la télévision entre les années 1940 et 1980.

Le comédien a également prêté sa voix dans  des films et dessins animés comme « Ulysse 31 » ou le Morse dans « Alice au pays des merveilles, il est mort le 18 novembre 2015, selon le journal Nice Matin. Sa famille a annoncé la nouvelle à l’AFP.


« Je suis devenu comédien absolument par hasard ».

Natif de Montmartre sous le nom d’André Antoine Marius Dugenet, il voit le jour le 5 octobre 1919 à l'Hôpital Cochin de Paris 14e.
André Valmy a étudié aux Arts Déco, l’adolescent se passionne pour la peinture et l ‘ébénisterie et il obtient un BEPS en arts décoratifs.
Un copain de collège l’entraine vers une salle de théâtre et il devient comédien en suivant les cours gratuits d'Alexandre Mihalesco, suite à l’insistance de ce dernier. André Valmy aimait répéter qu’il est devenu comédien absolument par hasard, un métier qui s’est transformé par une passion jusqu’à sa mort.

André Valmy joue au théâtre avant-guerre et commence sa carrière au Cinéma :
- Il débute en tournant à la piscine de la Jonquière (Paris) le rôle d’un juif assassinant un officier allemand dans le film André Valmy joue au théâtre avant-guerre et débute au cinéma dans « Après Mein Kampf, mes crimes » (1939).
- En 1944, il va voir René Simon et lui demande de l’aider à passer le concours d’entrée du Conservatoire
- Après la Guerre, Il fréquente le groupe Octobre : Yves Montand, Simone Signoret, et Gérard Philipe, avec qui il tourne dans la baie de Somme dans Une si jolie petite plage (1949)

Valmy enchaînera par la suite les rôles de flics et de gangsters pour la télévision et le cinéma où il incarna une cinquantaine de rôles au cinéma entre 1940 et 1965. Parmi les plus connus :
- P'tit Louis dans "Nous sommes tous des assassins" (1952) d'André Cayatte
- Le patron de pêche Le Guellec dans "Si tous les gars du monde" (1956), signé Christian-Jaque.
- Aux côtés de Lino Ventura et Charles Vanel dans "Le Gorille vous salue bien" (1958)
- Avec Yves Montand dans "Compartiment tueurs" (1965), de Costa-Gavras pour sa dernière apparition sur grand écran.

« Ma carrière c’est à peu près 70% de doublage ... »

Dans le monde du doublage, de grand comédiens et artistes ont trouvé leurs voies et c’est le cas d’André Valmy, grâce à son ami comédien Jean Brochard, Il prête sa voix grave et rocailleuse et se lance dans le doublage au début des années 50. On lui confie des premiers rôles ou des grands seconds rôles, pour des personnages souvent durs et autoritaires, mais non dénués de fantaisie.

La liste est longue de « Blanche neige et les 7 nains » jusqu’au James Bond « Bons baisers de Russie », il prêtera sa voix entre autres à Laurence Olivier (dans "Marathon Man"), Lee Marvin, Telly Savalas, Robert Mitchum ou Anthony Quinn...

Valmy rend hommage au maître en la matière, à savoir Roger Carel : « Un jour j’ai fait un doublage au milieu de Roger et d’un autre comédien qui prenaient l’accent chinois, je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire. » Fin des années 90, André Valmy arrête progressivement le doublage pour se retirer sur la côte d’azur. Il a rendu son dernier souffle à son domicile de Nice

 

Ajouter un message