Carnet

Décès : André Courrèges

Décès : André Courrèges 9 mars 1923 - 7 janvier 2016
12/01/2016

Le styliste visionnaire.

Le monde de la mode en deuil, le couturier français André Courrèges s’est éteint à l’âge de 92 ans, le 7 janvier 2016 à Neuilly-sur-Seine. L’annonce de son décès a été faite par la maison Courrège et confirmée dans un communiqué par la ministre de la Culture. La maladie de Parkinson a fini par l’emporter après un long combat depuis plus d’une trentaine d’années.

Il a marqué les années 60 de par sa nouvelle vision de la haute couture, une révolution de la minijupe et l’ensemble pantalon pour femmes, la célèbre petite robe blanche.

Né le 9 mars 1923, André Courrèges fait ses études à Pau où il découvre le dessin et l’architecture. Il suit ensuite des cours à Paris à l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne, après la seconde guerre mondiale. C’est chez le grand couturier Balenciaga qu’il a débuté sa carrière en 1950 et deux plus tard il rencontrera sa future épouse. Onze ans après, et il fonde sa maison de couture.


Fan des Sixtees, petite baby doll ...

Les minijupes et pantalons pour femme ont été recréés, architecturés à l’image de son époque.

- En 1967, il invente la ”Couture Future”, conçue pour être fabriquée pour le plus grand nombre en conservant la qualité de la ”Haute Couture” et vendue en boutiques.
- Son premier parfum Empreinte sort du bocal en 69.
- Il a du pot, une usine futuriste sort de sa peau à Pau en 1972.

Au fil des ans, le créateur propose un mode de vie, coloré et gai : ”Couture”, habitat, parfums, vêtements de sport, arts plastiques, accessoires…

Érik Orsenna et Gilles Lipovetsky présente le grand couturier dans un ouvrage paru aux Éditions Xavier Barral comme étant un styliste précurseur, visionnaire, qui n’a cessé d’innover la mode à son époque en mariant simplicité et vitalité dans ses créations.

André Courrèges a habillé les icônes féminines de la mode de son époque dont Jackie Kennedy, Françoise Hardy, Audrey Hepburn ou encore Brigitte Bardot en utilisant les pièces phares comme les bottes plates, les lunettes à fente, le blouson en vinyle…

« Le Corbusier de la couture » a rendu heureuses les femmes qui portaient sa marque. Le Président François Hollande a rendu hommage au créateur révolutionnaire André Courrèges disant qu’il avait marqué la haute couture française, peut-être aurait-il mieux valu de demander son avis à sa compagne ? ...

A propos d’épouse, celle d’André se nomme Coqueline et depuis 2010, elle se consacre à la défense des droits intellectuels et moraux d’André Courrèges et au développement des projets de la société André Courrèges. En 1995, il avait déjà laissé à Madame les rênes de la ”maison de couture”. Rachetés par deux anciens publicitaires mais jeunes, Courrèges reviendra progressivement sur le devant de la scène mode en 2011.

"Bon voyage !", lance Coqueline, tapotant le cercueil avant la mise en terre.

C’est en parcourant La République des Pyrénées que nous apprenons que le Couturier a eu des funérailles hors normes... La veuve tout vêtu de blanc imprimant un rythme inédit aux obsèques, la fantaisie venant à point nommé désamorcer la souffrance de l’instant. La tonitruante Coqueline n’hésitant pas à couper la parole au curé de Lembeye...

La Ville de Pau lui rendra hommage avec l’aval des proches (un 9 mars, jour de naissance d’André Courrèges). De ma Matra Bagheera blanche et verte signée Courrèges 1973, je vous salue Monsieur.

 

 

 

Ajouter un message