Carnet

Edith Scob

Edith Scob 21 octobre 1937 - 26 juin 2019
27/06/2019

Son décès a été annoncé par son agent à l'Agence France Presse.
Elle était un visage familier du cinéma, du théâtre et de la télévision dont on ne connaissait pas forcément le nom…

Edith Scob, était l’actrice fétiche de Georges Franju, un des fondateurs du cinéma fantastique à la française avec qui elle jouera à six reprises :
Il lui confie d'abord un rôle de folle internée dans la « Tête contre les murs » (1959), puis la même année « Les yeux sans visage ».
⦁ Mais elle fut aussi la comtesse de Morangias (mère du cruel Vincent Cassel) dans « Le Pacte des loups » (2001),
⦁ Une Vierge Marie pour Buñuel dans « La Voie lactée » (1969)
⦁ La conductrice de « Holy Motors » (2012) de Leos Carax.

Tout au long de sa longue carrière, elle avait aussi joué pour Raoul Ruiz, Jean Becker, Jean-Paul Rappeneau, et récemment Mia Hansen-Love. « L'Heure d'été », drame familial réalisé par Olivier Assayas, lui permet d'être nommée pour la première fois au César de la meilleure actrice dans un second rôle. "Dans ma vie privée comme professionnelle, j'ai toujours fait en sorte d'être en deuxième ligne, j'ai l'impression d'avoir eu toute ma vie à faire avec la notion de disparition", disait-elle à Libération en 2009.

Rôles de folles, de victimes ou de monstres …

A partir des années 90, elle élargit sa palette, va et vient avec gourmandise d'un cinéma exigeant à un cinéma consensuel : "Je ne fais pas ce métier pour figer une image, préserver une marque", soulignait-elle. Souvent considérée comme un des seconds rôles les plus prisés du cinéma français, Edith Scob s'est aussi illustrée dans le cinéma populaire avec :
⦁ Mille milliards de dollars d'Henri Verneuil,⦁  
⦁ L'Été meurtrier de Jean Becker,⦁  
⦁ Radio corbeau d'Yves Boisset,⦁  
⦁ Le Pacte des loups de⦁  Christophe Gans…

Edith Scob a aussi tourné pour la télévision. Ses rôles dans la mini-série La Poupée sanglante diffusée en 1976 ou dans Sœur Thérèse.com (elle était la Mère supérieure) de 2002 à 2011, sont parmi les plus marquants. Elle a aussi effectué ses soixante ans de carrière sur les planches. Elle a joué dans une soixantaine de pièces de théâtre en tant que comédienne et a revêtu cinq fois la casquette de metteure en scène entre 1993 et 2003. Si son nom n’était pas forcément familier du grand public, son visage a marqué les spectateurs au fil des décennies, ainsi que sa voix, au grain si particulier.

Edith Scob demeure à jamais pour la plupart la silhouette diaphane et fascinante de Christiane Genessier dans « Les Yeux sans visage » mais les paupières des Yeux sans visage se sont refermées pour toujours.

 

Ajouter un message