Carnet

Jacques Bodoin

Jacques Bodoin 26 mars 1921 - 8 mars 2019
11/03/2019

« Si j'aurais su, j'aurais pas mouru… »

Il était le doyen des chansonniers français. Sa famille : ses deux filles, ses quatre petits-enfants et ses amis annoncent la disparition l'humoriste Jacques Bodoin. Il s'est éteint à son domicile de Dieulefit dans la Drôme à 97 ans. 

« Pépé c’est quoi un chansonnier ? »

A l’heure des émissions télévisuelles où l’on sélectionne des chanteurs en appuyant sur un gros bouton rouge, il est bon de rappeler la définition d’un chansonnier : A l’origine c’est un artiste qui improvise des chansons ou dit des couplets satiriques ou humoristiques de sa composition dans les cabarets, les cafés, un caveau…
S’il traversait la Seine sur le Pont-Neuf, le Parisien du XVIIe siècle avait toute chance de croiser un chanteur dénommé « le Savoyard » ou même « l’Orphée du Pont-Neuf » ! Celui-ci s’était fait une spécialité d’amuser les passants en commentant, paroles et musique, la politique du moment sur le ton de la plus vive satire. Dans le sillage des « fous du roi », le terme de chansonnier apparaît avec cette « vogue du Pont-Neuf ». La nouvelle vague de l’époque en quelque sorte…

Passé par la Résistance, Jacques termine la guerre à 24 ans dans les tirailleurs marocains. « A cette époque, je me suis aperçu que j'avais en moi un petit don pour faire rire et, dans la résistance, j'avais rencontré une sorte "d'aumonier laïque" qui connaissait les Compagnons de la musique… ».
Le chansonnier Jacques Bodoin a donc démarré sa carrière au sortir de la seconde guerre dans Les Compagnons de la musique à Lyon (à l'origine des Compagnons de la chanson). Certains de ses sketches sont devenus des classiques comme :
- La Table de multiplication
- La Leçon d'anglais
- La Panse de brebis farcie.

Il avait un personnage récurrent celui de Philibert, un cancre notoire à qui il faisait dire "Si j'aurais su, j'aurais pas venu" célèbre phrase qui fut reprise dans « La Guerre des boutons » au grand dam de son auteur : "Je subis un préjudice car les spectateurs croient que j'ai piqué cette phrase dans le film et je passe pour un imbécile. En conséquence je demande que le film soit coupé et que cette réplique du dialogue soit retirée", avait-il exigé à l'époque.
Les obsèques de Jacques Bodoin se tiendront dans l'intimité familiale de la commune.

Jacques Bodoin a également présenté et animé des émissions de télévision et joué au théâtre. Au cinéma, il est apparu en chanteur d'opéra dans La Grande Vadrouille et en notaire dans Le Viager. Jacques Bodoin a également prêté sa voix pour du doublage :
- Le chamelier chanteur dans Astérix et Cléopâtre (1968)
- Lucky Luke
- Des personnages de Disney : Mickey, Donald et Jiminy Cricket dans Coquin de printemps (1947) ou les souris Jaq et Gus dans Cendrillon (1950).

Les plus de 50 ans se souviendront aussi de l'accent britannique et de toute sa personnalité donnée au petit chien Pollux dans Le Manège enchanté (1965 à 1975). Jacques Bodoin a fait sa dernière scène au théâtre des 2 ânes à Paris, son directeur Jacques Mailhot, lui rend hommage : « Jacques a apporté une grande modernité à l’art chansonnier, dans la lignée de Fernand Raynaud », il avait été un pensionnaire célèbre du Théâtre jusque dans les années 1980.

Jacques Bodoin a été l'époux de la comédienne Micheline Dax (disparue en 2014), avec laquelle il a eu sa fille Véronique Bodoin-Lafond. Avec sa seconde épouse, Michèle (épousée en 1971), il est devenu père de Marie Bodoin-Spetebroot.

 

Ajouter un message