Carnet

Jacques Charpentier

20/06/2017

Jacques Charpentier, compositeur prolifique et organiste français, est décédé le jeudi 15 juin 2017 à Lézignan-Corbières, près de Carcassonne (Aude). Il est particulièrement connu pour être l’auteur d’ouvrages didactiques non seulement sur la musique traditionnelle hindoue mais également sur le chant grégorien.

Né le 18 octobre 1933 à Paris, Jacques Charpentier est autodidacte au piano. Il voyage en Inde pour s’initier à la musique traditionnelle hindoue après avoir travaillé avec Jeanine Rueff de 1950 à 1953. Il revient en France en 1954 et travaille au Conservatoire de Paris après avoir passé près de 18 mois dans le pays, un séjour riche en évolution musicale. En 1959, Charpentier entre aux jeunesses musicales en France et est par la suite nommé inspecteur principal de la musique par André Malraux, puis inspecteur général de la musique au secrétariat d'État à la Culture. La disparition du titulaire du grand orgue de Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, marié à la mezzo-soprano Danielle Vouaux-Charepentier, a été annoncée par le journal Le Figaro

En 1966, Jacques Charpentier est nommé inspecteur principal de la musique par André Malraux puis sera en 1975, inspecteur général de la musique au secrétariat d’Etat de la Culture. Depuis 1974, l’organiste français est titulaire du grand orgue de Saint-Nicolas du Chardonnet dans la capitale. Jacques Charpentier fonde le Centre d’études grégoriennes et de musiques traditionnelles la même année de son intégration au secrétariat d’Etat à la Culture. Il est également en charge de cours d’orchestration au sein du Conservatoire de Paris.

L’Inde, une influence décisive sur sa vie et sa musique

De 1979 à 1981, il occupe le poste de directeur de la musique, de l'art lyrique et de la danse au ministère de la Culture et de la Communication, remplaçant Jean Maheu. Jacques Charpentier est également connu pour avoir dirigé la musique de la ville de Nice et s’installe ensuite à Carcassonne. Marié à la mezzo-soprano Danielle Vouaux-Charpentier, il est l’auteur d’ouvrages didactiques sur la musique de l’Inde et également sur le chant grégorien. L’Inde a eu une grande influence sur sa vie et sa musique. A son retour des Indes, il tente de synthétiser la culture musicale orientale avec l’occidentale. L’influence de Messiaen se manifeste dans ses nouveaux projets. Charpentier s’est penché vers la lecture de Saint-Thomas d’Aquin pendant près de deux ans. Des grands noms du monde de la musique n'ont pas manqué de saluer le grand compositeur prolifique français.

On reconnaît également la touche de Jacques Charpentier dans des musiques au style néo-classique, telle que sa Symphonie brève de 1958, la Sinfonia sacra pour le jour de Pâques de 1965 ou encore le Prélude pour la Genèse deux ans plus tard. La cérémonie religieuse se déroulera le mercredi 21 juin 2017 à 16 heures en la Cathédrale Saint-Michel de Carcassonne suivie de l’enterrement de Jacques Charpentier au cimetière de la Conte. Il s’est éteint à l’âge de 83 ans.

 

Ajouter un message