Carnet

Henry CHAPIER

Henry CHAPIER 14 novembre 1933 - 27 janvier 2019
31/01/2019

« Je laissais mes invités parler »

Célèbre pour avoir présenté de 1987 à 1994 sur FR3 l'émission "Le Divan", séance de psychanalyse télévisuelle, 327 personnalités de la politique, des arts et du show-business se succéderont sur son divan jusqu’en1994. Henry Chapier intervieweur inégalable, a hissé la confession au rang d’art.

Seul avec son invité, dans un décor plutôt sobre orné de trois portraits :
Marylin Monroe, la Joconde et Freud. La diffusion de cette psychanalyse a rendu célèbre ce dandy affable à la chevelure blanche, décédé le dimanche 27 janvier 2019.

Des interviews passées à la postérité

Avec sa voix nasale, il arrachait d'intimes confessions à ses invités :
Roman Polanski qui raconte sa jeunesse en Pologne sous l'occupation nazie
Serge Gainsbourg qui évoque sa vocation ratée de peintre.
Marceau (le mime) qui y parle de sa judaïté.
Claudia Cardinale et sa timidité maladive qui, plus jeune, était même incapable de sortir un son.
Nathalie Baye confiera sur sa vie amoureuse « j'ai su transformer les hommes de ma vie en amis sûrs ».
Ségolène Royal qui explique comment, venue d'une famille de droite, elle s'est positionnée à gauche.
Au coeur de cette psychanalyse cathodique d'exception, Henry Chapier était crédible aussi bien pour parler politique étrangère que culture. Il faut une grande rigueur et une grande curiosité sur le monde. La nouvelle de sa disparition a été publiée dans le quotidien Nice Matin.

Né en 1933 d’un père français et d’une mère autrichienne, Henry Chapier arrive de Roumanie en France à l’âge de 15 ans chassé par le régime communiste.
Passionné du 7e Art, Il se passionne pour Hollywood très tôt et devient critique reconnu du cinéma français. Il débute comme pigiste à l’Express où il remporte le prix du meilleur journaliste débutant, et commence alors à rédiger des articles sur le cinéma en 1958 dans l’hebdomadaire Arts.

Rédacteur en chef en 1959 de la rubrique culture au magazine Combat, il participera avec sa rédaction en 68, à la campagne contre le renvoi d'Henri Langlois de la Cinémathèque, ouvrant le journal à des dizaines de cinéastes du monde. Philippe Tesson le sollicite en 1974 pour le nommer, là encore, à la tête des pages Culture au Quotidien de Paris.

« Son » Festival de Cannes

Dans les années 60, il couvre son premier festival de Cannes et développe un goût pour les cinéastes italiens, Fellini, Pasolini, Visconti…
Henry Chapier réalisera également quatre films.
- « Un été américain » fût le premier moyen-métrage, co-écrit avec la journaliste Anne de Gasperi en 1968.
- « Sex power », qui remporte un prix au Festival de Saint-Sébastien de 1970, le jury est alors présidé par Fritz Lang.
- « Salut, Jérusalem », sélectionné à la Mostra de Venise en 1972 dont la bande originale est signée Vangelis.
- « Amore » en 1974, une histoire d’amour prétexte à filmer Venise.

Des personnalités du monde du journalisme dont l'animateur Marc-Olivier Fogiel ont rendu hommage à cet animateur du légendaire "Divan".

Des films marqués par leur époque, remplis d’utopie…

En 1988, il est membre du jury de la caméra d'or, puis en 1996, Henry Chapier fait partie du jury du Festival de Cannes (présidé par Francis Ford Coppola). Notoire Chiraquien, il fonde en 1978 Paris Audiovisuel qui deviendra la Maison européenne de la photographie. « Le mois de la photo » fut un événement dans la capitale, alors métropole phare de la création photographique contemporaine.

Pour l’anecdote, en 2005, le canapé jaune et le fauteuil rouge de l'émission de FR3 sont mis aux enchères. Conformément aux souhaits de Monsieur Chapier, les bénéfices de cette vente environ 65.000 €, sont versés à Reporters Sans Frontières. 
Le psy des stars était doté d’une immense culture, d’un humour infaillible, d’un grand professionnalisme, Chapier, c’était aussi une voix, un timbre. Un style inimitable. Il laisse un grand vide dans l’audiovisuel français et au-delà dans le journalisme et le cinéma. 

 

Ajouter un message