Carnet

Doris Day

Doris Day 3 avril 1922 - 13 mai 2019
15/05/2019

Figure des comédies des années 50-60

Sa fondation (consacrée à la défense des animaux) a annoncé son décès. Doris Day qui souffrait d'une pneumonie, est morte à son domicile en Californie. Elle était mère d'un enfant unique, Terrence Paul Jorden (puis connu sous le nom de Terry Melcher), décédé en 2004.


Près de 300 fans s’étaient réunis à Carmel le mois dernier pour fêter son anniversaire.


Née Mary Ann Von Kappelhoff en 1922, la carrière de cette chanteuse et actrice, incarnation de la « All American girl », ne se résumait pas à ses vocalises sur une chanson célèbre… Elle accéde à la notoriété grâce à son interprétation du morceau « Que sera, sera » dans le classique d'Alfred Hitchcock L'Homme qui en savait trop (1956). Le morceau (signé Jay Livingston et Ray Evans) a décroché l'Oscar de la meilleure chanson originale.

4 Mariages et un enterrement …

Sa carrière commence au début des années 1940. Doris Day chante pour le « big band » de Les Brown, avec qui elle interprète « Sentimental journey », futur hymne du retour des soldats à la maison après la victoire de 1945. Mais la jeune femme a déjà divorcé d'un premier mari, violent, mettant fin au premier de quatre mariages (dont aucun ne durera). En 1948, elle tourne son premier film, « Romance à Rio », qui sera suivi d'autres succès comme :

· « La Blonde du Far-West » (Calamity Jane - 1953)
· « Les Pièges de la Passion » (Love Me or Leave Me - 1955)
· « Ne mangez pas les marguerites » (Please Don't Eat the Daisies - 1960).

« J’aime être gaie. J’aime m’amuser sur un tournage. J’aime porter de beaux vêtements et être belle. J’aime sourire et que les gens rient. C’est tout ce que je veux. »

Pour la critique de cinéma Molly Haskell, Doris Day était : "l'actrice la plus sous-estimée, la moins bien reconnue qui soit jamais passée par Hollywood"
Doris Day brille surtout dans les comédies romantiques, un genre qui culmine en 1959 avec "Confidences sur l'oreiller" (elle tourne aux côtés de Cary Grant et Rock Hudson). Le film est le seul qui lui vaudra une sélection aux Oscars.

Depuis qu’elle ne tournait plus, Doris Day était devenue une amie des animaux, qu’elle accueillait dans son hôtel de Carmel, en Californie.

En 2004, le président George W. Bush lui avait remis la « médaille de la Liberté », la plus haute récompense civile américaine, pour avoir « ravi les coeurs des Américains tout en enrichissant notre culture ».

 

Ajouter un message