Carnet

Georgette Elgey

Georgette Elgey 24 février 1929 - 8 octobre 2019
10/10/2019

« Histoire de la IVe République »

L’Autodidacte qui fut tour à tour journaliste, éditrice et historienne, Georgette Elgey est l’auteure d’un monumental ouvrage sur la IVe République (1946-1958) commencée dans les années 1960 et achevée en 2012…
Née d'une mère juive convertie, sa famille se cache en zone libre pendant l'Occupation. Georgette Elgey est une enfant illégitime, son père a 70 ans quand il rencontre la future mère de Georgette, Madeleine Léon, (étudiante âgée de 25 ans). Une idylle se noue. Georgette naît mais son géniteur ne la reconnaît pas. Sa disparition a été relayée par le quotidien national La Croix.

La confiance des gaullistes et de François Mitterrand.

⦁ Elle devient ensuite journaliste politique jusqu'à son engagement aux côtés du président de Gaulle au début des années 1960. Le premier volet de son histoire de la IVe République est achevé en 1962. Georgette Elgey s'y exprime sous sa double casquette d'historienne et de journaliste politique,

⦁ Grâce à la rigueur de son enquête, Mitterrand en fait sa conseillère à l'Elysée dans les années 1980, il la chargea d’archiver ses septennats jusqu’à ce qu’elle se brouille avec lui…

Historienne reconnue par ses pairs, Georgette Elgey n'avait pourtant pas fait d'études d'histoire. C'est son métier de journaliste (à L'Express, puis au Nouveau Candide) qui lui a appris à interroger les acteurs de cette époque, à recouper et vérifier les sources. Georgette Elgey a été directrice littéraire chez Fayard, parallèlement à son travail d'historienne :

⦁ Editant notamment le best-seller d'Alain Peyrefitte "Quand la Chine s'éveillera" (1973)
⦁ Les grands récits biographiques du médiéviste Jean Favier dont "Philippe le Bel" (1978).  
⦁ Elle avait été également l'éditrice de François Mitterrand pour "Politique I et II" (1977, 1981). 

Après l'annonce de son décès, l’Elysée a déclaré : « Le président Macron salue la mémoire de cet immense témoin du XXe siècle, qui a porté sur son temps un regard qui nous a beaucoup appris et qui n’a pas encore livré tous ses savoirs et ses secrets ».

Ses ouvrages sur les mœurs politiques de la IVe république sont remarquables. Certains lui ont reproché d'avoir privilégier dans ses ouvrages l'anecdote, l'événementiel au détriment de l'analyse, mais une bonne analyse ne doit-t'elle pas être précédée d'une bonne observation et la meilleure qualité d'un travail historique n'est -il pas de n'être jamais définitivement achevé afin de solliciter par un questionnement l'ouverture d'autres pistes de recherches ?. Ses papiers personnels sont conservés aux Archives nationales.

 

Ajouter un message