Carnet

Jacques Secrétin

Jacques Secrétin 18 mars 1949 - 25 novembre 2020
01/12/2020

L’icône du tennis de table français

« La FFTT (la Fédération française) a l'immense tristesse de vous annoncer la disparition de Jacques Secrétin la nuit du 24 novembre » c’est le message sobre qui a été relayé par la presse...

Un enfant de la Balle.

Né le 18 mars 1949 à Carvin (Bassin minier du nord de la France), Jacques Secrétin, fils d'un directeur d'école, (oui c’est vrai il a dû prendre à l’école avec son nom...) sa mère faisait partie d’un club de danse où elle faisait des claquettes. Jacques a dédié toute sa vie au tennis de table auquel il fut initié tout petit - "tombé dedans, comme Obélix", dira-t-il à La Dépêche. Ce grand champion originaire du Pas-de Calais a le mérite d’avoir su intéresser le grand public à ce sport mal connu, il a commencé le tennis de table à 8 ans. Appelé pour la première fois en équipe de France à l’âge de 13 ans, ce fut le début d’une très belle et très longue carrière.


Un brillant gaucher : Sept tours du monde et 251 médailles !

Il faut dire que son palmarès a de quoi impressionner le modeste « pongiste du dimanche » nous rappelle La Nouvelle République :
⦁ 17 titres de champion de France senior en individuel (après en avoir raflé 5 en catégories jeunes)
⦁ Des médailles d’or européennes en simple messieurs (Prague, 1976)
⦁ En double messieurs avec Patrick Birocheau (Berne, 1980)
⦁ En double mixte avec Valentina Popova, assorti d’un titre continental par équipes (Moscou, 1984)
⦁ Consécration mondiale, à Birmingham en 1977, dans l’épreuve du double mixte, avec Claude Bergeret.
Au total, en France et sur la scène internationale, « Maître Jacques » aura ainsi glané quelque 251 médailles, dont 132 en or…

Après avoir donné, sur tous les continents, plus de 3.500 représentations du show humoristico-pongiste imaginé par son compère Vincent Purkart, Jacques Secrétin estimait avoir parcouru « sept ou huit fois le tour de la planète », en jouant parfois devant des salles de plus de 15.000 spectateurs, comme lors de cette escale de cinq petites heures à Séoul, en 1978. Au sommet de l’élite, la longévité de Jacques Secrétin est inégalée.

Combien de pongistes ont voulu suivre « Maître Jacques » ?

La FFTT ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui si dans les années 70, ce joueur talentueux n’avait pas montré aux autres sportifs de haut niveau de l’INSEP, ce qu’est réellement le tennis de table.

Patrick Mozola (Organisateur du Music Ping show depuis 2000, et des As du ping, spectacle créé en 2019) lui rend renvoie la balle avec ce bel hommage : « Jacques, c’est l’humour, et un grand monsieur. Je ne l’ai jamais vu repousser quelqu’un qui venait lui demander un autographe, ou échanger quelques balles après le spectacle. Il a donné toute sa vie à la petite balle, et préparait encore les Championnats du monde vétérans à Bordeaux. »

A chacun de ses déplacements, Jacques Secrétin suscitait encore beaucoup d’émulation.

Il ambitionnait encore de participer aux championnats du monde vétérans, « ce sera mon dernier challenge, mais ça ne m’empêchera pas de continuer de jouer. Tenir une raquette, pour moi, c’est important. ». Il y a quelques mois, dans La Voix du Nord, il déclarait : « Se poser un peu plus, ça fait partie de mes prochaines années... »
Après Maradona et Dominici, encore un grand sportif qui aura marqué son sport qui nous quitte en 2020.

 

Ajouter un message