Carnet

Katherine Johnson

Katherine Johnson 26 août 1918 - 24 février 2020
25/02/2020

« La Nasa avait un problème et j'avais la solution. J'ai juste fait mon travail. »

L'administrateur de la Nasa Jim Bridenstine a annoncé son décès.
Empreinte d'humilité, Katherine Johnson avait récemment résumé sa carrière au Washington Post. Cette native de Virginie, possédait un CV plus qu'impressionnant.

⦁ Katherine Goble Johnson obtient ainsi son baccalauréat à l'âge de 14 ans, avant d'intégrer l'université d'État de Virginie occidentale pour une spécialisation en mathématiques.
⦁ Elle décroche son diplôme de mathématique et de français avec les félicitations en 1937, à seulement 18 ans.
⦁ Titulaire d’une licence de mathématiques, Katherine Johnson avait rejoint le programme spatial américain en 1953, année où les Noirs s’assoient encore au fond du bus...

Cette amoureuse des équations aller être la propulsée sur le devant de la scène à une époque où une femme (noire de surcroît), n'avait pas sa place... Les calculs de la mathématicienne et physicienne Katherine Johnson ont permis aux premiers Américains d'aller dans l'espace et surtout d’en...revenir en toute sécurité. Elle avait terminé l’analyse de trajectoire du vol suborbital d’Alan Shepard (la première fois que les États-Unis envoyèrent un homme dans l’espace en 1961).

Ses travaux ont permis aux Etats-Unis de conquérir la Lune.

Les travaux de Katherine à la NASA ont duré plus de 33 ans, et contribué à un grand nombre de percées de l’Amérique dans l’exploration spatiale.

⦁ John Glenn lui a demandé de vérifier deux fois les calculs informatiques de son vol avant de devenir le premier astronaute américain à orbiter la Terre en 1962. « Si elle dit qu’ils sont bons, alors je suis prêt à partir.»
⦁ Le "saut géant pour l’humanité" de Neil Armstrong sur la Lune en faisait partie.

Surnommées les « ordinateurs en jupes » ou « femmes ordinateurs »

La carrière de cette grande figure chez les Noirs américains a inspiré le film «Les Figures de l’ombre» , qui racontait l’apport ignoré des femmes noires dans la conquête américaine de l’espace. Dans cet hommage à Katherine, il faut associer Mary Jackson (l'ingénieure combative) et Dorothy Vaughan (l'informaticienne pionnière) deux autres femmes noires dont les travaux ont permis de grandes avancées pour la Nasa.

Cinq ans avant sa mort, Mme. Johnson était d’ailleurs restée relativement anonyme jusqu’à ce que le président Barack Obama, l’honore de la médaille présidentielle de la Liberté (l’une des plus hautes distinctions civiles des Etats-Unis). Il était temps ... près de 30 ans après son départ en retraite. La NASA a également rectifié le tir (toilettes et cafetières « ségréguées », promotions refusées avec embarras...) : « À la Nasa, nous n’oublierons jamais son courage et son esprit d’équipe, ainsi que les accomplissements auxquels nous sommes parvenus grâce à elle ».

 

Ajouter un message