Carnet

Michael Lonsdale

Michael Lonsdale 24 mai 1931 - 21 septembre 2020
22/09/2020

« Ce n’est pas moi qui m’intéresse, c’est d’être les autres »

L’acteur Michael Lonsdale vient de s’éteindre à l’âge de 89 ans à son domicile parisien. Son agent, Olivier Loiseau, a annoncé le décès, informations évidemment publiées dans la presse.

Né à Paris en 1931 d’une passion intempestive de sa mère, une Française d’ascendance bourgeoise, pour un officier de l’armée britannique, ami de son mari... Cet acteur à la voix mémorable pouvait jouer autant en français qu’en anglais, ce qui lui a permis de s’exprimer dans des productions d’avant-garde comme dans des superproductions hollywoodiennes. 

Elevé à Londres et Jersey, puis au Maroc comme nous l’apprend La Dépêche, il est revenu à Paris en 1947, sans certificat d'études ni baccalauréat, il fera des rencontres déterminantes qui lui permettront de monter sur les planches, travaillant notamment avec le metteur en scène Samuel Beckett ou l'actrice Delphine Seyrig : Michael Lonsdale avait confié n'avoir véritablement aimé qu'une seule femme : "J'ai vécu un grand chagrin d'amour et ma vie s'en est trouvée très affectée. La personne que j'ai aimée n'était pas libre... Je n'ai jamais pu aimer quelqu'un d'autre. C'était elle ou rien et voilà pourquoi, je suis toujours célibataire ! Elle s'appelait Delphine Seyrig.

Nous pensons aujourd’hui au film "Les copains" de Yves Robert (1964), le dernier survivant, Michael Lonsdale, vient de rejoindre ses potes... quand on voit un tel casting dont les noms défilent en plus au son de Brassens : Pierre Mondy, Claude Rich, Guy Bedos (disparu récemment), Christian Marin, Jacques Balutin, sous la houlette de Philippe Noiret...

Soixante ans de carrière.

Une carrière au cinéma en tournant entre autres avec Michel Deville, Gérard Oury, Jean-Pierre Mocky, François Truffaut mais aussi Luis Buñuel, Marguerite Duras, ou Orson Welles...
⦁ A partir des années 1970, on le voit également dans des grosses productions comme le James Bond Moonraker ou Le nom de la rose de Jean-Jacques Annaud.
⦁ Toujours présent dans le cinéma français au cours des années 2000, il connaît un énorme succès et la reconnaissance avec son rôle de moine dans le film de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux en 2010 (pour lequel il reçoit le César du meilleur second rôle masculin).

Il a appris à hurler !

Sa voix ? "Elle est venue très lentement" reconnaît-il, sur les conseils de sa professeure de théâtre Tania Balachova qui lui reprochait qu'on ne l'entendait pas assez. Il a appris avec elle à "hurler", à la développer.
Michael Lonsdale s'inscrit au début des années cinquante aux cours de théâtre et s'intéresse surtout aux auteurs contemporains, prête sa voix à de nombreuses lectures de textes et en tant que catholique fervent, il met en scène des spectacles à caractère religieux sur Thérèse de Lisieux ou encore Sœur Emmanuelle. Il est d’ailleurs parfois surnommé « l’acteur pèlerin ».
Il raconte toutefois avoir refusé de jouer un évêque de Rome dans Amen. (2002), de Costa-Gavras, pour son parti pris « anti-papiste ».

L’acteur à la chevelure et à la barbe blanche aura incarné plus de 200 rôles au cinéma, au théâtre ou encore à la télévision. Le comédien, témoignait au Parisien de la foi qui l'animait et de la prière qui l'accompagnait dans chacun de ses gestes : « Il m'a sauvé du néant. Il m'a donné une raison de vivre... - La foi m'a retourné, m'a donné l'envie d'être très attentif aux autres, de secourir, de consoler... Elle m'a aussi donné de la joie, la satisfaction de faire bien ». Il avait la grâce...

 

Ajouter un message