Carnet

Bernard Debré

Bernard Debré 30 septembre 1944 - 13 septembre 2020
14/09/2020

Un esprit Libre qui n'avait pas la langue dans sa poche.

Né le 30 septembre 1944 à Toulouse, Bernard Debré est mort à l'âge de 75 ans, des suites d'un cancer, a annoncé sa famille, confirmant une information du Point.


Destinée familiale hors norme et héritage Gauliste...

Il a été longtemps le « fils de » et le « frère de ».
⦁ Robert Debré, le grand-père, révolutionna la pédiatrie moderne et fonda l'Unicef.
⦁ Michel, le père, longtemps Premier ministre du général de Gaulle, rédigea la constitution de la Ve République et fonda l'ENA.
⦁ Les quatre fils de Michel : Vincent, François, puis les jumeaux, Bernard et Jean-Louis qui s'oriente vers le droit, et deviendra président de l'Assemblée nationale, puis du Conseil constitutionnel.
Ils grandissent imprégnés de rigueur gaullienne, sous les ors de la République.
Bernard choisit la médecine comme son grand-père, et collectionne les succès :
⦁ Devenu un urologue réputé, il enseigne et publie, devient chef de service à l'hôpital Cochin.
⦁ Il participe à la mise au point de la thérapie génique.
⦁ À deux reprises, François Mitterrand est opéré dans son service.

La santé publique, comme chevillée au corps.

Bernard Debré a fait trembler les murs de l'institution médicale en publiant au bazooka, avec son ami le pneumologue Philippe Even, un livre de plus de 900 pages qui plonge dans l'embarras des dizaines de milliers de médecins. Sous le titre « Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », les deux auteurs se livrent notamment à une attaque en règle contre le circuit du médicament. Leurs voix dissonantes ont été sanctionnés par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins. En cause : leur manque de "confraternité"...Ils s’en tireront finalement avec un simple blâme.

« Nous avons le devoir d'alerter ! ».

Le Docteur accuse l'industrie pharmaceutique de recycler sans cesse les mêmes molécules, à l'efficacité discutable, pour les vendre dix fois plus cher, et les médecins de prescrire à tour de bras des antidépresseurs inutiles dans 80 % des cas. Comme le relate Le Figaro, il y a deux ans (2018), il partait encore en guerre contre certains antidépresseurs.

« French Doctor de Droite »

Bernard Debré était depuis plus de trente ans l'un des piliers de la vie politique :
⦁ Inscrit au groupe du Rassemblement pour la République (RPR), en tant que député d'Indre-et-Loire (1986-1994) puis de Paris (2004-2017) en passant à l'UMP, toujours comme apparenté.
⦁ Il fut Maire d'Amboise (le fief familial), de 1992 à 2001.

Bien ancré à droite, l'homme au regard clair, au verbe haut et l'humour cinglant était avant tout un iconoclaste. Celui qui a soutenu François Fillon lors de la dernière présidentielle avait été ministre de la Coopération d'Edouard Balladur… Des hôpitaux au parlement, Bernard Debré était un homme farouchement libre et passionnément engagé, inclassable dans la classe politique. « Tout simplement un humaniste » selon les propos de Xavier Bertrand au Parisien. Chaleureux et bienveillant sont des mots qui reviennent dans les hommages de la classe politique.

De son côté, le premier Ministre Jean Castex a rendu hommage : « c’est avec la même énergie que Bernard Debré soignait les maux de ses patients et ceux de ses concitoyens ». Après l'annonce du décès de l'ancien ministre, toute la classe politique se dit « émus » et tous retiennent l'« homme libre » qu'était Bernard Debré.
Chevalier de la Légion d’honneur, il était marié et père de quatre enfants. La Nouvelle République nous apprend que les drapeaux de la ville d’Amboise seront mis en berne et il y aura un registre de condoléances dans le hall de la mairie.

 

Livre d'Or

Simon mardi 15 septembre 2020
Très triste d apprendre son décès . Homme charmant, courtois et discret. Je l avais côtoyé aux Grandes Gueules, et à la Victoire, dans le quartier lors d événements,etc . Habitant le 16e ., il était aussi mon député . Il m avait offert Le petit livre de Shanghai où ma fille a fait un stage , et je partageais ses impressions. Gaulliste moi aussi, avais Côtoyé son père . Grande famille patriote. Quelle tristesse aussi avec le décès de son frère dont j avais lu le livre des égarés . Grande perte pour la France ... Pas facile de rendre un hommage si rapidement . J aimerais bien savoir où auront lieu ses obsèques . Si Paris ? Merci Je suis très triste

Ajouter un message