Carnet

Gisèle Halimi

Gisèle Halimi 27 janvier 1927 - 28 juillet 2020
29/07/2020

L’avocate et militante est décédée à l’âge de 93 ans. Elle "s'est éteinte dans la sérénité, à Paris", a déclaré l'un de ses trois fils estimant que sa mère, qui était entourée de ses proches, avait eu "une belle vie". Elle était connue pour son engagement pour les droits des femmes

Une fille considérée comme un fardeau.

Née Zeiza Gisèle Élise Taïeb en Tunisie, Gisèle vient d’une famille pauvre de juifs séfarades du côté de sa mère et berbère du côté de son père. Donner naissance à une fille est une "malédiction" à l’époque et ses parents cachent sa venue au monde pendant trois semaines, faisant croire que sa mère n’a toujours pas accouché. Battante et insoumise, à 12 ans, elle fait une grève de la faim parce que « les filles servaient les garçons ».

⦁ Après des études à la faculté de droit de Paris, elle devient avocate en 1948 et intègre le barreau de Tunis en 1949.
⦁ Elle se rend à Paris pour poursuivre sa carrière d’avocate en 1956.
⦁ A Tunis, La jeune avocate se fait arrêter par les autorités militaires tunisiennes pour avoir défendu des syndicalistes tunisiens.
⦁ Parmi les causes qui la tiennent à cœur, figure celle de l’indépendance de l’Algérie.
⦁ En 1967, Gisèle Halimi préside la commission d’enquête du tribunal Russel, sur les crimes de guerre perpétrés par l’armée américaine au Vietnam.
⦁ En 1971, parmi les signataires du manifeste des 343, (des femmes qui déclarent avoir avorté et réclament le droit à l’accès aux moyens anticonceptionnels et à l’avortement).

Accusée d'avoir avorté après avoir subi un viol, elle vient d'être relaxée, nous sommes en 1972, Marie-Claire Chevalier, jeune femme de 17 ans sort libre de son procès. Son avocate, Gisèle Halimi, sait qu'une bataille vient d'être gagnée. "Le procès lui-même a marqué un pas irréversible", déclare-t-elle devant la presse. Gisèle Halimi n’hésite pas à mettre sa notoriété à profit de cette cause.

Elle milite ainsi pour la dépénalisation de l’avortement

C’est une grande avancée vers la loi sur l’interruption volontaire de grossesse, qui, portée par Simone Veil sera promulguée en janvier 1975.

⦁ Engagé en politique, dès 1965 elle soutient François Mitterrand, elle a alors envie alors envie de participer à l’aventure de 1981 et devient députée apparentée socialiste.
⦁ Elle est nommé Ambassadrice de France à l’Unesco, de 1985 à 1986.
⦁ Au terme de tout cela, elle retourne avec plaisir à son métier d’avocate, et décide de consacrer plus de temps à l’écriture. Elle publiera une quinzaine de livres entre 1988 et 2011, dont le dernier, Histoire d’une passion, à l’âge de 84 ans.

Toute sa vie, Gisèle Halimi poursuivra son combat féministe.
L'an dernier, dans une interview adressée au journal Le Monde, elle adressait aux femmes ce message : "Ne vous résignez jamais." Citant Marguerite Yourcenar, qu’elle admirait, elle voulait mourir comme elle avait vécu : « Les yeux ouverts. »

 

Livre d'Or

Mansou GHENA samedi 1 août 2020
Grande Femme . Toute une vie a consacrer pour les opprimé. Elle mérite un grand hommage. Condoléances à toute la famille.
Sylviane Boudeille lundi 3 août 2020
Merci Gisèle pour tous ces moments de joyeuse complicité dans les réunions CHOISIR et lors de nos mémorables repas d'après meeting avec les filles de l'Isère. Tu nous a tant apporté! Ces quelques fleurs seront près de toi quelques instants car moi je ne pourrais pas y être: trop handicapée.

Ajouter un message