Carnet

Christophe

Christophe  13 octobre 1945 - 16 avril 2020
17/04/2020

Le dandy décalé de la chanson française.

Daniel Bevilacqua, son vrai nom, (que le chanteur évoquait à la troisième personne du singulier), est mort des suites « d’un emphysème », maladie pulmonaire, à l’hôpital de Brest, sa fille Lucie à ses côtés, a indiqué à la presse Véronique Bevilacqua, son épouse. L'occasion d'évoquer aussi Romain Vidal, le fils du chanteur né en 1967 de la relation avec la chanteuse Michèle Torr. Christophe n’a jamais reconnu ce dernier.

"Je perd un membre de ma tribu", s'est désolé le compositeur Jean-Michel Jarre, après le décès du chanteur. « Je n'arrive pas à y croire, même si je savais que son état de santé s'était détérioré depuis une semaine, avoue ce dernier dans le Parisien. Christophe avait initié le jeune Jean-Michel aux premiers synthés... (nous connaissons la suite). Jarre avait écrit les textes de deux albums majeurs de Christophe et leurs 2 titres célèbres :

⦁ "Les Paradis Perdus" (1973)
⦁ "Les Mots bleus" (1974)


Christophe appartenait à ce cercle des monstres yéyé

« Le gitan blond » comme l’appelait Bashung a 20 ans en 1965, le prénom « Aline » va devenir à la mode et le slow yéyé de l’époque (3,5 millions d’exemplaires vendus à ce jour), alors qu’il l’a toujours pensé comme un blues. Il aligne les tubes : Des « Marionnettes » aux « Mots bleus »...

⦁ En 1974, au sommet, il donne un concert d’adieu à l’Olympia, livre encore quelques albums et s’éclipse...
⦁ En 1996, il revient ... avec l’album éponyme « Bevilacqua », pour la première fois, il écrit aussi les paroles.
⦁ Entre-temps, ce fils d’immigré Italien vit la Dolce Vita, navigue au soleil sur son pointu chez lui aux Saintes-Maries-de-la-Mer et passe trois mois dans le cirque d’Arlette Gruss.

Christophe était revenu à la musique, sortant cinq albums originaux entre 1996 et 2016, Vestiges du chaos est son ultime disque.


Il aimait la vie la nuit, le jeu et les voitures rapides

C’était l’homme du confinement absolu, des musiciens de toutes époques allaient et venaient dans son appartement (Studio d’enregistrement, musée souvenirs ou encore salle de poker...) Christophe pouvait rester cloîtré des nuits entières en quête d’un son que lui seul entendrait l’expérience terminée.
L’an dernier, il répond à sa maison de disque avec « Christophe etc », l’Album de duos est décliné en deux volumes. « Je suis inspiré par les autres. C'est une question de passion », expliquait-il au Figaro.
Jusqu'à la fin de sa vie, cet homme singulier aura poursuivi sa quête sonore avec frénésie et passion.
ypi

L’émoi bleu

Le Ministre de la Culture Franck Riester a écrit : « ses mots, ses mélodies et sa voix nous ont transportés, nous ont émus, avec la disparition de Christophe, la chanson française perd une part de son âme, mais le bleu doux-amer de ses chansons est indélébile ». Mais nous tous, nous avons des paroles et des refrains de lui. Sa voix est unique. Le chanteur était Chevalier de la Légion d'honneur et commandeur des Arts et des Lettres.

 

Ajouter un message