Carnet

Jean Léon Marie Delumeau

Jean Léon Marie Delumeau 18 juin 1923 - 13 janvier 2020
16/01/2020

Ce grand historien laisse une œuvre magistrale sur les fondements de la civilisation chrétienne

Une belle définition du paradis.

Sa famille a fait part à « La Croix » de son décès, et dans le texte qu’il a préparé pour ses obsèques, il écrit selon le journal : « Sur ta parole, Seigneur, je crois que je revivrai avec tous les miens et avec la multitude de ceux pour qui tu as donné ta vie. La terre sera rénovée et réhabilitée et il n’y aura plus ni mort, ni peur, ni larmes.

Ces conditions difficiles ne l’empêcheront pas de faire de brillantes études. Élève au lycée Masséna de Nice puis au lycée Thiers de Marseille, Jean Delumeau prépare le concours d'entrée de l'École normale supérieure... Il est admis à l'ENS en 1943, puis agrégé d'histoire en 1947. Un parcours « sans histoires » ... :

⦁ Membre de l'École française de Rome et docteur ès lettres
⦁ Il a enseigné l'histoire à l'École polytechnique, à l'université de Rennes II et à l'université de Paris I.
⦁ Détaché au Centre national de la recherche scientifique de 1954 à 1955,
⦁ Directeur du Centre armoricain de recherches historiques de 1964 à 1970 et directeur d'études à l'École pratique des hautes études de 1963 à 1975
⦁ École des hautes études en sciences sociales de 1975 à 1978
⦁ Professeur honoraire au Collège de France (1975 à 1994)
⦁ Le 26 février 1988, Jean Delumeau est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
⦁ En 2002, il est en vain candidat à l'Académie française.

Spécialiste des mentalités religieuses en Occident

Il avait reçu « la foi en héritage » selon ses termes mais porta vite « un regard critique sur la religion ».
Titulaire de la chaire d’histoire des mentalités religieuses de l’Occident moderne au Collège de France, ce penseur éclairé (auteur de plus de 50 ouvrages), se plaisait à rebondir sur l'actualité pour se replacer dans une profondeur de champ, (ce qui manque tant dans notre époque parfois amnésique...). Le Professeur aura mis au jour les mécanismes de la « pastorale de la peur », la pastorale rigoriste catholique qui imprégna longtemps le christianisme. Il décrivait les aspects inquiétants du christianisme : l’enfer, le jugement, les sacrilèges... à des fins de conversion et qui a dominé dans l’Église catholique du Moyen Âge jusqu’à la fin du 18e siècle. L’œuvre de Jean Delumeau est considérable, exige tant d’enquêtes, de savoirs, qu’on se demanderait presque comment elle a pu être bâtie par un seul homme.

« Quand je verrai Dieu, j’essayerai de ne pas lui couper la parole. »

« J'ai terminé ma course. Je vais entrer dans la terre. Mais que mon ultime pensée soit celle de la confiance. » Voilà les dernières paroles de Jean Delumeau...

Ajouter un message