Carnet

Robert Conrad

Robert Conrad 1 mars 1935 - 8 février 2020
11/02/2020

L’acteur passe l’arme à l’ouest.

Robert est mort d'une crise cardiaque à Malibu, mais Il a vécu une merveilleuse longue vie ... » a déclaré Jeff Ballard, le porte-parole de la famille des Conrad.

Livreur, puis chanteur dans un Night-club...

Conrad Robert Falk est né à Chicago, il abandonne l’école à 15 ans pour charger, conduire des camions, livrer du lait. Robert commence à étudier le théâtre avec sa bouille de James Dean, puis il décroche des petits rôles au cinéma et dans des séries, essentiellement des westerns... il a même été shérif pour de vrai à Malibu, la ville où il s'est éteint.
Sa carrière décolle en 1959 lorsqu'il rejoint le show de télévision « Hawaiian Eye » après avoir déménagé à Los Angeles, selon le Parisien.

James West fut notre héros

Entre 1965 et 1969, il joue le rôle de l'agent du Secret Service américain James T. West dans la série "Les mystères de l'Ouest", un western rempli d'anachronismes volontaires et se déroulant après la guerre de Sécession. Robert Conrad incarnait Jim West et Artemus Gordon (joué par Ross Martin dont l'annonce de la mort précoce, en 1981 brisa le cœur aux fans) deux agents des services secrets sillonnant le Far West au gré de leurs missions, à bord d'un train à vapeur. Bon sang ! le générique et la série resteront mythiques.

Très actif dans le doublage, la voix française de Robert Conrad (mais aussi d’Eddy Murphy, Steve McQueen, Roy Scheider, ou Patrick McGoohan (Le Prisonnier) ... était assuré par l’acteur Jacques Thébault.
 
« Les Têtes brûlées » (diffusés sur Antenne 2 à partir de 1977). Robert Conrad se rend également célèbre en 1976 avec la série "Les têtes brulées" dans laquelle il incarne le Major « Papy Boyington », à la tête d'une escadrille de Marines américains, des durs à cuire pilotant des chasseurs Corsair pendant la guerre avec le Japon.

Il se passait volontiers de doublure.

Les producteurs qui craignaient une blessure grave de leur acteur vedette, n'avaient jamais réussi à le dissuader de réaliser ses propres cascades. "Quand on avait besoin d'un acteur auquel il fallait associer un cascadeur, c'est moi qu'on engageait, car ils avaient les deux rôles pour le prix d'un", avait-il souligné. « Macho Man », comme on le surnomme à Hollywood à cause de son irrésistible prunelle
« Macho Man », comme on le surnommait à Hollywood à cause de ses yeux irrésistibles à faire pâmer les majorettes, était dans le domaine privé, un monsieur très tranquille… malgré un amour démesuré pour la boxe. Robert Conrad choisi la vallée de l’Ours (Nord de Sans-Francisco) dans les années 80 pour faire son (gros) nid (de 600 m2)et fuir le snobisme de Malibu.

"Dans le showbiz, il y a trois cycles" :  

1. Ils ne te connaissent pas
2. Après ils t'aiment
3. Et après cela fait tellement longtemps que tu es là qu'ils te haïssent.

Maintenant, je recommence tout à nouveau." Avait-il raconté au magazine People.
Plus qu'un cow-boy, un agent secret ou un pilote de guerre, il était pour les enfants des années 70, un ami de notre poste de télévision, un fougueux bagarreur, une voix française, un regard aux yeux bleu-vert clairs, une gestuelle classe ... Reposez-vous bien James, le train est passé... Robert Conrad était le père de huit enfants et il avait 18 petits-enfants.

 

Ajouter un message