Carnet

Tél 09 70 44 96 35

Un service client à votre écoute

7 jours / 7, de 9h00 à 18h00 (non surtaxé)

Avis de décès, Remerciements, Messe-Anniversaire, Condoléances
  • 925 journaux partenaires
  • 24H sur 24, 7 jours sur 7
  • Paiement sécurisé en 1 ou 3 fois sans frais

Claude Brasseur

Claude Brasseur 15 juin 1936 - 22 décembre 2020
11/01/2021

Grande figure du cinéma et du théâtre.

L'acteur français est décédé dans la paix et la sérénité entouré des siens, a indiqué son agent. "C'est la fin d'une génération, c'est foutu, c'est fini il n'y en a plus, c'est d'autant plus triste", a déploré sur Franceinfo l'acteur et réalisateur Patrick Chesnais.

 

« Brasseur Père et Fils, Maison fondée en 1820 » 

Ce petit garçon né à Neuilly-sur-Seine le 15 juin 1936 est le fruit de l’amour entre Odette Joyeux et Pierre Brasseur. Son parrain n’est autre Ernest Hemingway. Pour autant, bien qu’entouré par du beau monde, Claude Brasseur souffrira d’un rejet de ses parents qui ne s’occuperont pas de lui. Il finit en pension.

Inscrit à l'état civil sous le nom de Claude Espinasse a été marié à deux reprises au cours de sa vie. En 1961, il épouse la mannequin et journaliste Peggy Roche, mais ils divorcent rapidement. Il retrouvera cependant l'amour dans les bras de Michèle Cambon. Cette dernière lui donnera son fils unique, Alexandre Brasseur bien connu des téléspectateurs, puisqu'il joue dans la série Demain nous appartient et parfois au Théâtre.
« Brasseur Père et Fils, Maison fondée en 1820 » : le sous-titre du livre de mémoires qu’il publie en 2014 souligne selon Le Monde l’importance à ses yeux d’avoir appartenu à une dynastie.

En plus de 60 ans de carrière il aura tourné dans plus de 110 films.

« Pour moi, jouer n’est pas du travail. Quand je joue, j’ai l’impression de retourner dans la cour de récréation où, avec mes copains, on s’amusait aux gendarmes et aux voleurs, aux cowboys et aux indiens... »
D'écrasants succès au cinéma en commençant par Vidocq à l'ORTF et quelques triomphes :

⦁ “La boum” en 1980.
⦁ “Le dîner de cons” de Francis Veber au théâtre en 1993.
⦁ “Camping” (1, 2 et 3) entre 2006 et 2016.
⦁ Il a travaillé avec Jean-Luc Godard (“Bande à part”, 1964), Costa-Gavras (“Un homme de trop”, 1967) ou encore François Truffaut (“Une belle fille comme moi”, 1972). 
⦁ Président de la cérémonie des César en 2007, il s’est aussi illustré à la télé dans la série “Franck Keller”, en 2003. En 2013, il était dans “Y’a pas d’âge”. En 2015, “No Limit”...

En 1977, il reçoit le César du meilleur acteur dans un second rôle pour la comédie "Un éléphant ça trompe énormément".
Trois ans plus tard, il obtient le César du meilleur acteur pour "La guerre des polices". 


Claude Brasseur de Sports aussi ...

Fou de sport, il avait aussi tenté de participer aux JO d'hiver en 1964, en bobsleigh. Passionné de Vélo (au point de s’entraîner avec le futur vainqueur du Tour de France Stephen Roche), de boxe, de rugby... on entendait résonner la voix caverneuse de Claude Brasseur souvent lors des grandes manifestations sportives. Il a participé à plusieurs reprises au mythique rallye-raid dans les années 1980, aux côtés de son ami, le pilote Jacky Ickx. Le tandem a même remporté l’épreuve en 1983 comme évoqué par Le Parisien dans son hommage.

“Nous irons tous au paradis” ce long-métrage sorti en 1977 nous rappelle qu’avec le décès de Claude Brasseur (après ceux de Jean Rochefort, Guy BedosVictor Lanoux et Danièle Delorme), ses principaux acteurs sont désormais « tous au paradis » et la fête est finie...
« On perd quelque chose qui est une histoire artistique de la France avec la famille Brasseur ». Bernard Murat -metteur en scène. Râleur, séducteur, gouailleur, Brasseur nous laissent une pléiade de rôles marquants. Il sera inhumé à Paris et reposera aux côtés de son père, au cimetière du Père-Lachaise a fait savoir son agent Elisabeth Tanner.

 

Ajouter un message